Bernard Gauthier a invoqué «des raisons personnelles» et «de santé» pour justifier son retrait de la vie politique.

«Rambo» Gauthier quitte la vie publique

Bernard «Rambo» Gauthier ne se présentera pas aux prochaines élections provinciales. Mardi matin, celui qui était chef du parti Citoyens au pouvoir a annoncé qu’il quittait la vie politique.

«J’ai décidé de raccrocher mes patins au niveau de la politique et de la vie publique», a-t-il indiqué dans une vidéo publiée sur Facebook. 

M. Gauthier a invoqué «des raisons personnelles» et «de santé».

«C’est bien beau consacrer sa vie aux autres, mais à un moment donné, il faut penser à soi aussi, et il y a des messages qui sont assez clairs dans la vie aussi. Ton corps te parle, et les gens autour de toi te parlent aussi. Ma famille est plus importante que bien d’autres choses, et pour ces raisons-là, il faut que j’accroche», a-t-il dit.

Contacté par Le Soleil sur Facebook, M. Gauthier a indiqué qu’il lui était «impossible» de nous accorder une entrevue. Son parti n’a pas rappelé non plus. 

«J’avais demandé à avoir une année tranquille, ne pas parler de politique rien, ça a eu l’effet contraire, a-t-il poursuivi dans la vidéo sur Facebook. J’ai pas d’attaché politique, fait que je pense que j’ai brûlé la chandelle par les deux bouts à ce niveau-là. On va récupérer tout ça, j’ai besoin de récupérer ma vie privée». 

Encore militant

Bernard Gauthier avait fait le saut dans l’arène politique en décembre 2016, prenant la tête du parti Citoyens au pouvoir. 

Il avait dans sa mire la circonscription de Duplessis, sur la Côte-Nord, où il comptait ravir le siège de la députée péquiste Lorraine Richard aux élections de 2018. 

Dans sa vidéo, l’agent d’affaires affilié à la FTQ-Construction a indiqué qu’il demeurerait militant du parti. Il n’a pas fermé la porte à un retour en politique, affirmant que sa décision n’était pas définitive. 

M. Gauthier indique qu’il va fermer vendredi ses deux pages Facebook personnelles, et en recréer une nouvelle en faisant un tri dans ses amis. 

Lors de son entrée en politique, l’an dernier, Rambo avait proposé «un virage à 180 degrés» de la politique québécoise actuelle. 

«On est étouffé, va falloir qu’on se réveille», avait-il lancé en décembre 2016, affirmant que son parti est «l’opportunité unique de redonner la parole au peuple». 

M. Gauthier laisse maintenant le soin à d’autres d’être sous les projecteurs pour défendre les idées du parti. 

«C’est Citoyens au pouvoir du Québec. Ce n’est pas Bernard Gauthier au pouvoir du Québec», a-t-il dit.  

Sur son site Internet, le parti affiche trois autres «mandataires» — en plus de Bernard Gauthier— , dans les circonscriptions de Terrebonne, Taillon et Johnson.