Accompagné de sept ministres, le premier ministre Philippe Couillard a dévoilé la stratégie numérique du Québec pour les cinq prochaines années.

Québec amorce son virage numérique

En annonçant sa stratégie numérique québécoise accompagnée d’un investissement de 1,5 milliard $, le gouvernement Couillard veut faire du Québec un acteur de premier plan à l’échelle mondiale. La stratégie s’articule autour de sept orientations touchant les ministères des sept ministres qui accompagnaient le premier ministre Philippe Couillard mercredi matin.

Dans le montant annoncé au Musée de la civilisation, 500 millions $ ont déjà été annoncés et engagés dans le programme Québec Branché, visant à doter toutes les régions d’accès à Internet à haut débit. Quelque 200 millions $ du milliard de l’annonce de mercredi matin serviront aussi pour Québec Branché afin de répondre aux besoins en région.

L’accès aux réseaux performants d’ici cinq ans fait partie des grandes orientations. Cela devrait permettre entre autres aux entreprises de faire face à leur besoin de développement de leur marché. 

Il y a des projets de déploiement de câbles optiques reliant la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine et de nouveaux réseaux de télécommunication pour le Grand Nord et les communautés éloignées de la Basse-Côte-Nord.

L’aide d’Hydro-Québec

Mais si les entreprises de télécommunications n’arrivent pas à tout brancher, le gouvernement pourrait faire appel à Hydro-Québec qui partagerait sa capacité excédentaire de son réseau de fibre optique. L’idée n’est pas nouvelle, car Hydro-Québec avait présenté au gouvernement Parizeau un plan pour donner accès à Internet à tous les Québécois au milieu des années 1990, mais le projet avait été rejeté pour ne pas que l’État entre en concurrence avec le secteur privé.

La deuxième cible touche le monde de l’éducation pour le développement des compétences numériques dans le secteur scolaire. Cela se traduira par l’équipement des classes, la modification des pratiques. Cela voudrait dire aussi que les élèves du primaire pourraient être initiés à la robotique et au monde du code. En même temps, on s’attardera au perfectionnement des connaissances numérique de la main-d’œuvre.

Le premier ministre insiste pour dire que le plan sera très ambitieux pour le secteur de l’éducation.

L’administration publique

L’administration publique sera aussi touchée par cette stratégie avec la modernisation et la transformation. Le ministre Robert Poëti soulignait l’embauche de nombreux professionnels pour améliorer l’expertise du personnel. Le gouvernement veut que les services publics tiennent compte de la réalité des citoyens et des entreprises dans cette transformation numérique centrée sur l’utilisateur. 

Le monde municipal devra aussi participer au virage numérique de sorte que 75% des citoyens profitent de la transformation numérique des municipalités d’ici cinq ans. On s’attend à une hausse à une augmentation de l’utilisation du numérique dans les pratiques.

Les entreprises

Du côté des entreprises, le gouvernement fixe comme cible pour les entreprises une augmentation de 50% de «leur intensité numérique» dans le passage vers l’industrie 4.0. La transformation des entreprises, soulignent les documents de la stratégie, passe par des modèles d’affaires reposant en tout ou en partie sur les technologies numériques pour s’ajuster «aux nouveaux besoins et se réinventer dans un contexte d’évolution technologique continue et de concurrence accrue».

On parle alors de robotisation, de numérisation des processus et de l’intégration du numérique dans l’ensemble des opérations.

Pour le monde de la santé, l’objectif est que 100% des citoyens puissent interagir par des moyens numériques avec le réseau de la santé et des services sociaux. Pour le ministre Gaétan Barrette, dans les institutions publiques, tout est en voie de réalisation, mais ce n’est pas nécessairement le cas dans les cabinets privés. Il a souligné l’exigence du Collège des médecins pour que les praticiens en pratique privée fassent aussi le passage à l’ère numérique. Parmi les utilisations de techniques obsolètes, on note le fax comme moyen de communication.

La dernière orientation concerne le monde culturel qui devra être de plus en plus accessible et visible par l’entremise des réseaux numériques.