Le porte-parole et député de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois

QS veut une loi d’urgence et un moratoire pour freiner les rénovictions

MONTRÉAL — Québec solidaire demande une «loi d’urgence» pour contrer les rénovictions, afin notamment d’adopter un moratoire pour les freiner.

Cette loi imposerait aussi une hausse maximale de loyer au Québec.

«Le Québec au grand complet a les deux pieds actuellement dans la plus grave crise du logement en 20 ans», s’est exclamé le porte-parole et député de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, au cours d’une conférence de presse, lundi à Montréal.

Le moratoire immédiat qu’il demande serait pour empêcher les rénovictions — des évictions de locataires pour rénovations majeures — non seulement à Montréal, mais dans toutes les villes où le taux d’inoccupation des logements est de 3 %, voire moindre.

«Ce moratoire-là devrait être appliqué immédiatement, partout au Québec où le taux d’inoccupation des logements est de 3 % ou moins. Concrètement, ça prendrait effet dans la plupart des grandes villes du Québec: Montréal, Gatineau, Rouyn-Noranda et Saint-Hyacinthe, pour ne nommer que ces quelques exemples-là.»

QS soutient que «des centaines, des milliers» de familles de la classe moyenne sont touchées par le phénomène, à cause d’une brèche dans la loi qui permet d’évincer des locataires pour agrandir le logement, le subdiviser ou changer sa vocation. Le phénomène d’Airbnb, aussi, a amplifié le phénomène, selon M. Nadeau-Dubois.

Andres Fontecilla, député de Laurier-Dorion pour QS, dit craindre que Montréal devienne «un autre Toronto, un autre Vancouver» — des villes où le coût des loyers et des maisons est considérablement plus élevé qu’au Québec.

M. Nadeau-Dubois se défend bien de vouloir nuire aux petits propriétaires de duplex qui habitent un logement et ont un locataire. Il dit vouloir ainsi viser les propriétaires qui usent d’un «prétexte pour expulser des locataires honnêtes et sans faute de leur logement».

Les rénovations majeures, agrandissements ou subdivisions leur permettent parfois de doubler le coût du logement, fait-il valoir.

Hausse de loyer maximale

Québec solidaire tient également à ce que cette «loi d’urgence» établisse une hausse maximale des loyers.

«Les propriétaires québécois ont récemment reçu une baisse de taxes scolaires de la part du gouvernement de la Coalition avenir Québec. Selon nous, il est temps de donner aussi un peu de marge de manoeuvre aux locataires. Les locataires ont eux aussi le droit d’avoir un peu d’air pour souffler», a justifié le député Nadeau-Dubois.

Un propriétaire qui effectue vraiment d’importantes rénovations à ses logements pourrait tout de même demander une augmentation de loyer supérieure à cette «augmentation maximale», Mais il devrait, pour ce faire, en faire la démonstration à la Régie du logement, croit M. Nadeau-Dubois.

Et si le locataire doit quitter temporairement son logement pendant ces rénovations, il devrait pouvoir revenir y habiter après et n’avoir qu’une «augmentation raisonnable», plaide M. Nadeau-Dubois.