Pour la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, une victoire dans Roberval marquerait un gain dans cette circonscription libérale, lui assurant un 75e député à l'Assemblée nationale.

Partielle dans Roberval: Legault passe un premier test de popularité aujourd'hui

Le premier ministre François Legault passera un premier test de popularité lundi, avec l'élection complémentaire dans la circonscription de Roberval.

Pour tous les partis, le principal défi consistera à convaincre les électeurs de sortir voter, en plein hiver, alors qu'ils avaient élu leur député, l'ex-premier ministre Philippe Couillard, il y a deux mois à peine.

Il faut donc s'attendre à un taux de participation faible, pour cette élection où s'affrontent principalement caquistes et libéraux. Au total, on compte sept candidats.

Pour la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, une victoire marquerait un gain dans cette circonscription libérale, lui assurant un 75e député à l'Assemblée nationale.

Cette fois-ci, la CAQ a l'avantage d'incarner le pouvoir et peut inciter les citoyens «à voter du bon bord», celui du gouvernement, où les décisions se prennent et les subventions se donnent.

De leur côté, les libéraux vont tenter de garder la circonscription du Lac Saint-Jean dans leur camp, en misant sur le fait que les électeurs ont été bien servis pendant des années par l'ex-premier ministre Couillard, qui a démissionné après la cuisante défaite de son parti le 1er octobre. Il avait remporté une victoire facile avec 42,4 % du vote.

Ce sera peut-être plus difficile cette fois, avec un candidat d'un autre calibre et d'un tout autre style que M. Couillard : William Laroche, 27 ans, président du Festival du cowboy et conseiller municipal de Chambord.

Lors du dernier scrutin, la CAQ avait misé sur une candidate qui habitait Québec, Denise Trudel. Elle avait remporté 24 % du vote.

Cette fois, la CAQ présente Nancy Guillemette, directrice générale de l'organisme Santé mentale Québec/Lac-Saint-Jean. Elle a aussi été conseillère municipale à la ville de Roberval.

Le Parti québécois (PQ), qui a déjà régné sur cette circonscription, présente le même candidat que lors du dernier scrutin, un jeune homme âgé de seulement 21 ans, Thomas Gaudreault, qui travaillait comme attaché politique du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault. En octobre, il avait raflé 19 % du vote.

Luc-Antoine Cauchon, un chef cuisinier, portera les couleurs de Québec solidaire (QS), lui aussi pour la deuxième fois en deux mois. Il avait raflé 10 % du vote.

Le 1er octobre, le taux de participation dans Roberval avait été de 63 %.

Le premier ministre et chef de la CAQ, François Legault, de même que le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, et le chef par intérim du PQ, Pascal Bérubé, seront sur place à Roberval, lundi soir, pour célébrer la victoire ou essuyer la défaite.

En vertu de la loi, le premier ministre avait six mois devant lui, donc jusqu'en avril 2019, pour déclencher le scrutin et trouver un successeur à M. Couillard, mais il a préféré procéder très rapidement.

La tenue d'une élection complémentaire coûte environ 600 000 $.