Maxime Bernier écrit que son jeune parti n’a pas «les ressources financières pour mener des sondages dans 338 circonscriptions» pour déterminer «si plus d’un candidat a une chance raisonnable d’être élu» à la Chambre des communes.

Maxime Bernier tente une nouvelle fois de s’inviter au débat des chefs

OTTAWA — Le Parti populaire du Canada (PPC) tente une nouvelle fois de convaincre les organisateurs d’inviter leur chef, Maxime Bernier, au débat télévisé officiel des chefs de partis à l’occasion de la prochaine campagne électorale, cet automne.

La Commission des débats des chefs a demandé au PPC de fournir une liste de trois à cinq candidats qui, à son avis, ont les meilleures chances d’être élus. Une démarche visant à aider les organisateurs dans leur processus de décision pour déterminer si le parti remplit les conditions requises pour participer aux débats en octobre.

Dans une lettre adressée au commissaire David Johnston, rendue publique vendredi, Maxime Bernier écrit que son jeune parti n’a pas «les ressources financières pour mener des sondages dans 338 circonscriptions» pour déterminer «si plus d’un candidat a une chance raisonnable d’être élu» à la Chambre des communes.

Au lieu de dresser cette liste, Maxime Bernier a fourni «une liste de cinq candidats qui sont mieux connus dans leur circonscription en tant que personnalités publiques» ce qui leur donnerait un avantage sur leurs adversaires, selon le chef du PPC.

La liste inclut le chef Maxime Bernier, les anciens députés conservateurs Steven Fletcher et Corneliu Chisu, ainsi que la veuve de l’ancien maire de Toronto, Rob Ford, Renata Ford. Celle-ci s’oppose à l’actuelle ministre des Sciences, Kirsty Duncan.

Le cinquième candidat «vedette», identifié par Maxime Bernier, se nomme Mark King. Il s’agit d’un ancien aspirant candidat du Parti conservateur du Canada dont la nomination avait été annulée par le PCC.

Un autre argument avancé par Maxime Bernier dans sa missive s’appuie sur une recherche effectuée par son parti pour mesurer la présence médiatique des chefs de partis dans les médias canadiens et les réseaux sociaux. Il en conclut avoir reçu bien plus d’attention que la chef du Parti vert Elizabeth May et que le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet, deux politiciens déjà invités au débat.

Selon lui, cette visibilité constitue «une preuve évidente de l’extraordinaire intérêt que suscite» le PPC.