L’objectif du ministre de la Famille Mathieu Lacombe était de rassurer les éducatrices en CPE qui critiquent haut et fort le déploiement mur à mur des classes de maternelle 4 ans depuis plusieurs jours.

Les garderies privées subiront les contrecoups des maternelles 4 ans

Les Centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées ne souffriront pas de l’ouverture massive des classes de maternelle 4 ans, assure le ministre de la Famille Mathieu Lacombe. Ce sont plutôt les garderies privées et les milieux familiaux qui en subiront les contrecoups.

«Selon l’analyse qu’on a faite, les garderies privées non subventionnées et les milieux familiaux seront les deux types de services de garde qui subiront la baisse la plus marquée d’achalandage», a soutenu le ministre en mêlée de presse mardi.

L’objectif du ministre Lacombe était de rassurer les éducatrices en CPE qui critiquent haut et fort le déploiement mur à mur des classes de maternelle 4 ans depuis plusieurs jours. Selon lui, elles n’ont rien à craindre, car son gouvernement a l’intention de continuer à injecter des fonds dans le réseau public des services de garde. Une annonce à ce sujet est d’ailleurs prévue mercredi. 

«On va investir plus que jamais, je dirais plus que n’importe quel gouvernement depuis 15 ans en services éducatifs à la petite enfance et ça, ça parle», a-t-il soutenu. 

Le ministre de la Famille dit avoir des «discussions très constructives» avec le réseau des CPE, même si «ça peut donner l’impression en ce moment que le feu est pris dans le réseau, parce qu’on entend beaucoup de réactions» contre les classes de maternelle 4 ans. 

À la période des questions, le premier ministre François Legault a fait valoir qu’à l’heure actuelle, 6 % des enfants de 4 ans fréquentent la maternelle, alors que 30 % d’entre eux fréquentent un CPE. Il souhaite rejoindre les 62 % qui ne fréquentent ni l’un ni l’autre des services en créant davantage de places. 

Cet ajout de services publics en petite enfance aura un «impact» sur les garderies privées, convient M. Lacombe, qui se questionne sur des mesures que «le gouvernement pourrait mettre en place pour atténuer cet impact-là». 

Changement de cap

Cette position de la Coalition avenir Québec (CAQ) en faveur du réseau des CPE tranche avec le discours que le parti a tenu au cours de la dernière année. Lorsque le parti était dans l’opposition, la députée Geneviève Guilbault a maintes fois défendu le modèle d’affaires des garderies privées, le trouvant «intéressant». 

La députée péquiste Véronique Hivon, qui défend depuis très longtemps le modèle des CPE, espère que la CAQ opérera un réel changement de cap en faveur des CPE, alors que ce sont les garderies privées qui ont proliféré ces dernières années. «On demande au gouvernement donc de mettre de côté la position qui était la sienne avant.»

Mme Hivon espère que le ministre Lacombe donnera «un coup de barre» en faveur des CPE.

+

RÉPARTITION DES PLACES EN SERVICE DE GARDE AU QUÉBEC

  • 93 932 centres de la petite enfance (CPE) 
  • 91 604 en milieu familial subventionné
  • 46 498 garderies subventionnées
  • 61 400 garderies privées (non subventionnées) 

Source: ministère de la Famille, au 31 mars 2017 

Prendre note que le ministère ne comptabilise pas les places en milieu familial privé