Le premier ministre du Québec François Legault

Legault «ne peut pas empêcher» la Chine d’aimer le projet de loi sur la laïcité

Le premier ministre François Legault estime qu’il ne peut empêcher la Chine, qui bafoue les droits de la personne, «d’aimer» son projet de loi 21 sur la laïcité.

Il croit cependant que c’est aux Québécois à faire le débat sur le port de signes religieux, et non à la Chine. Jeudi, il a passé le même message à la Ville de Toronto, qui, elle, s’est déclarée contre le projet de loi.

Le 2 avril dernier, le quotidien chinois Global Times a louangé la pièce législative caquiste dans un de ses articles, en la comparant à la politique chinoise de répression des Ouïgours, a révélé La Presse, jeudi.

En mêlée de presse, M. Legault a d’abord indiqué qu’il ne souhaitait pas commenter «tout ce qui s’écrit dans le monde» sur le projet de loi 21, qui vise à interdire le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité et aux enseignants.

Mais il s’est empressé d’ajouter: «On ne peut pas empêcher un coeur d’aimer. On ne peut pas empêcher quelqu’un d’apprécier un projet de loi.»

Le Global Times, qui est publié en anglais et qui vise un public international, affirme que le projet de loi 21 constitue «une bonne mesure législative pour assurer la séparation entre l’Église et l’État». Il l’associe à la répression de Pékin contre les Ouïgours, la minorité musulmane du Xinjiang, souvent envoyée dans des camps de rééducation.

Selon François Legault, ces commentaires de la Chine n’auront «aucun impact sur ce qui se passe au Québec». L’important, selon lui, c’est que les Québécois soient «à l’aise». «C’est aux Québécois de décider», a-t-il dit.

Le chef du gouvernement a déjà indiqué qu’il prévoit organiser une mission économique en Chine dans les prochains mois.

Pour la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, «le débat de la laïcité, c’est un débat pour les Québécois, avec les Québécois». En réponse à une question, elle a refusé de demander aux diplomates québécois en Chine de rétablir les faits.

Toronto dénonce le projet de loi

Par ailleurs, M. Legault a également affirmé, jeudi, que ce n’est pas aux Ontariens à décider des mesures que prendra le Québec en matière de laïcité.

La Ville de Toronto vient d’adopter une motion pour appuyer Montréal dans son opposition au projet de loi 21. Cette motion, présentée par le maire de Toronto, John Tory, indique que la Ville réaffirme son soutien à la liberté de religion et d’expression et qu’elle s’oppose à tout projet de loi qui restreindrait ou interdirait de telles libertés.

Elle ajoute que Toronto se devait de prendre position en tant que l’une des villes les plus cosmopolites du monde. Lundi dernier, le conseil municipal de Montréal a condamné unanimement le projet de loi 21.

«Ce n’est pas une décision de Toronto qui va changer quoi que ce soit pour nous, a déclaré M. Legault en réponse à une question en anglais. Lorsque vous comparez avec ce qui se fait dans de grands pays comme la France, l’Allemagne et la Belgique, ils ont pris des décisions pour interdire des signes religieux. C’est ce que nous faisons, avec l’appui de la majorité des Québécois.

«Ce n’est pas aux Ontariens à décider ce qui se passera au Québec», a-t-il renchéri.