Dre Diane Francœur, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, a rencontré mercredi Christian Dubé, le président du Conseil du Trésor. En mêlée de presse, tout sourire, elle a dit que la collaboration prenait enfin le dessus sur la confrontation, ce qui était de bon augure.

Le ton s’adoucit entre la CAQ et les médecins spécialistes

Le ton entre les médecins spécialistes et le gouvernement Legault s’adoucit. Il n’y aura pas de gel immédiat du salaire des spécialistes et les deux parties se sont entendues pour démarrer l’étude comparative avec les autres provinces d’ici deux semaines.

L’air détendu, le président du Conseil du Trésor Christian Dubé a raconté aux journalistes qu’il avait eu une rencontre matinale très productive avec la Dre Diane Francœur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), autour d’une omelette.

M. Dubé croit qu’il réussira à développer une très bonne relation avec Mme Francœur, une femme très orientée sur les résultats et le service aux patients selon lui. 

La semaine dernière, le premier ministre François Legault avait annoncé qu’aucune nouvelle augmentation de rémunération allait être versée aux spécialistes, tant et aussi longtemps que son gouvernement ne saura pas à quel point leurs conditions d’emploi dépassent celles de leurs collègues en Ontario. 

Mercredi, le discours du gouvernement a changé. «En ce moment, il n’y a pas de gel [de salaire], parce qu’on veut comprendre qu’est-ce que c’est les chiffres qui auraient à geler si gel il y avait», a expliqué M. Dubé. 

Le président du Conseil du Trésor insiste sur le fait qu’il doit bien comprendre les chiffres de l’entente avant d’établir une stratégie de négociation avec les spécialistes. 

«On est en période de compréhension de tous ces chiffres-là, parce que c’est quand même une entente assez complexe.»

Le gouvernement et la FMSQ se sont également engagés à accélérer les choses et à s’entendre sur le devis de l’étude qui comparera le salaire des médecins spécialistes québécois à celui des médecins de toutes les autres provinces canadiennes d’ici deux semaines. 

Rencontre cordiale

Au terme de l’échange avec M. Dubé, Mme Francœur a dit que la rencontre avait été cordiale et que le ton employé par le gouvernement à l’égard des médecins lui paraissait beaucoup plus posé qu’au temps du gouvernement libéral.

En mêlée de presse, tout sourire, elle a dit que la collaboration prenait enfin le dessus sur la confrontation, ce qui était de bon augure.

Mme Francœur n’a donc pas paru inquiète des positions du gouvernement Legault, qui s’est engagé à rouvrir l’entente de rémunération conclue avec le gouvernement précédent l’an dernier. 

En campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) a promis de déchirer l’entente avec les spécialistes signée par les libéraux, afin d’aller y récupérer 1 milliard $. M. Legault 

a maintes fois affirmé qu’il croyait que les médecins spécialistes du Québec étaient trop payés. 

La semaine dernière, la FMSQ avait fait valoir que l’entente actuelle ne prévoit aucune augmentation de la rémunération des médecins spécialistes jusqu’en 2023. Les sommes qui restent à être versées concerneraient plutôt la gestion du réseau et le déploiement de services directs aux patients. 

L’opposition officielle s’étant quant à elle inquiétée la semaine dernière que des services ne puissent être déployés en région si la CAQ allait de l’avant avec un gel de la rémunération. 

Au cours des derniers mois, Mme Francœur s’était montrée prête à recourir aux tribunaux si la CAQ choisissait la voie de la confrontation. 

Avec La Presse canadienne