Le taux de participation aux élections fédérales demeure élevé

Après avoir connu une forte progression en 2015, la participation aux élections fédérales est demeurée élevée lundi, malgré un léger recul par rapport au dernier scrutin : tout près des deux tiers (66 %) des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes, d’après des chiffres préliminaires d’Élections Canada.

Il s’agit d’une légère baisse par rapport au taux de participation de 2015, qui avait été de 68,5 % — ce qui était le meilleur «score» des électeurs canadiens en plus de 20 ans. Mais cela reste nettement plus élevé que les taux de participation enregistrés tout au long des années 2000, qui tournaient généralement autour de 60 %. Après des décennies où entre 70 et 80 % des électeurs faisaient leur «devoir de citoyen», cette baisse avait inquiété bien des observateurs, mais il semble maintenant que la hausse de 2015 n’était pas qu’une anomalie.

Le Québec a suivi la même tendance. Un peu plus de 65 % des Québécois se sont déplacés pour aller voter, lundi, ce qui est un léger repli sur la participation de 2015 (67 %) mais tout de même plus élevé que les chiffres des années 2000, qui tournaient autour de 62 %. Notons que les deux autres provinces les plus populeuses du Canada, soit l’Ontario et la Colombie-Britannique, ont affiché essentiellement le même taux de participation que le Québec, à 65 %.

C’est généralement l’Île-du-Prince-Édouard qui enregistre le plus fort taux de participation, et elle a de nouveau bien fait avec presque 71,69 %, mais elle fut devancée cette année par la Saskatchewan (71,72%) et suivie de près par le Nouveau-Brunswick (71,2 %). À l’inverse, c’est à Terre-Neuve-Labrador que les électeurs se sont le moins rendus aux urnes (58 %).

Fait intéressant, la participation n’a pas été plus faible en Alberta et en Saskatchewan, comme on pourrait s’y attendre dans tout endroit où un parti (conservateur, dans leur cas) domine complètement et depuis longtemps — les circonscriptions de l’ouest de Montréal, par exemple, votent toujours moins que la moyenne parce que les libéraux y gagnent toujours par de fortes marges, ce qui fait que les élections n’ont pas vraiment d’enjeux là-bas.

En Alberta, où la participation électorale a longtemps été plusieurs points sous la moyenne fédérale, près de 68,5 % des électeurs se sont déplacés lundi, soit plus que la moyenne canadienne. Et la Saskatchewan, comme on l’a dit, a remporté la «palme de la participation». Peut-être y a-t-il là un signe de la colère qui gronde dans l’Ouest...