La candidate caquiste pour la partielle du 2 décembre dans Jean-Talon, Joëlle Boutin (au centre), lors de la session de photos tenue après l'annonce gouvernementale effectuée dimanche à Québec, dans le stationnement d’un hôpital de la circonscription.

Le DGEQ se penche sur la présence de la candidate caquiste

Avec l’élection partielle dans Jean-Talon qui bat son plein, la Coalition avenir Québec (CAQ) a-t-elle mêlé annonce gouvernementale et activité électorale, dimanche, à Québec? Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) devra trancher.

Mardi, le chef par intérim du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, a remis en question la présence de Joëlle Boutin à la conférence de presse de la ministre de la Santé et des Services sociaux tenue deux jours plus tôt dans le stationnement du CHUL, à Sainte-Foy. Mme McCann confirmait la réduction des frais de stationnement dans les hôpitaux annoncée dans la mise à jour économique de jeudi dernier.

À LIRE AUSSI : La CAQ fixe les tarifs réduits des stationnement des hôpitaux

Le gouvernement a utilisé le CHUL et son stationnement comme décors. La ministre était accompagnée d’une poignée de députés de la CAQ de la région de Québec. Et parmi les spectateurs, Mme Boutin, candidate caquiste à l’élection partielle du 2 décembre, dans Jean-Talon. Circonscription où se trouve le CHUL.

«Cette situation a été portée à notre attention. Nous ferons le suivi nécessaire», a attesté le DGEQ, sur Twitter, mardi, en réponse à l’interpellation de M. Bérubé à ce sujet.

Endroit «normal»

Premier ministre et chef de la CAQ, François Legault n’y voit aucun problème. «L’annonce a été faite sans la présence de la candidate. C’est l’endroit où il y a le plus gros stationnement [d’hôpital] à Québec, alors c’est un peu normal qu’on le fasse à cet endroit-là. Par la suite, il y a eu une photo prise avec la candidate», justifie M. Legault.

Mme Boutin n’a pas pris part à la présentation officielle, confirme la journaliste du Soleil qui était sur place. Mme Boutin s’est retrouvée sur des photos prises à la fin de la conférence de presse, à la demande d’élus de la CAQ.

Le PQ soupçonne l’utilisation de fonds publics à des fins partisanes.

«Est-ce que c’était approprié de faire une annonce gouvernementale dans la circonscription de Jean-Talon, alors que c’était connu qu’il y a une élection partielle? Il y a une vérification à faire [de la part du DGEQ]. Il ne faut pas confondre la Coalition avenir Québec avec le gouvernement du Québec. Ils ont utilisé une annonce gouvernementale pour mousser la popularité de la CAQ dans Jean-Talon», résume M. Bérubé, meneur du troisième parti d’opposition. 

Le chef par intérim du Parti libéral, Pierre Arcand, estime aussi «qu’il y avait une opération claire en rapport avec l’élection partielle dans Jean-Talon».  Avec Judith Desmeules