Luc Ferrandez explique qu’il éprouvait une «impression d’imposture» en restant dans l’administration de Valérie Plante, qui selon lui n’en fait pas assez pour s’attaquer aux changements climatiques.

Le controversé maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, démissionne

Le controversé maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a annoncé sa démission mardi soir, se disant «incapable d’influencer la mairesse» sur les mesures à prendre quant à la «gravité» de la situation environnementale.

Dans un long message publié sur les réseaux sociaux, le maire de l’arrondissement montréalais explique qu’il éprouvait une «impression d’imposture» en restant dans l’administration de Valérie Plante, qui selon lui n’en fait pas assez pour s’attaquer aux changements climatiques.

Selon M. Ferrandez, si le bilan de Valérie Plante est «bien supérieur» à celui de l’administration précédente, les mesures mises en places ne sont pas suffisantes pour affronter ce défi.

Il ajoute toutefois qu’il ne souhaite pas ainsi «affaiblir le leadership» de la mairesse Plante ou aller travailler pour une autre équipe.

Il écarte également la possibilité de se présenter aux prochaines élections fédérales.

M. Ferrandez a déposé sa démission mardi après-midi.

«Je reconnais toutefois que Valérie Plante est plus représentative de la population que je ne l’ai jamais été. Je ne lui dirai jamais assez souvent merci d’avoir pris le pouvoir à un moment si critique de l’histoire - face à un maire et un parti figés dans le passé - elle seule pouvait le faire», ajoute-t-il dans son message.

«Elle a l’immense responsabilité de faire réélire un parti progressiste dans un paysage politique où il en reste de moins en moins et je comprends la difficulté de faire des choix dans ce contexte.»

Dans un communiqué, la mairesse Valérie Plante n’avait que de bons mots pour son ancien collègue.

«Il y a 10 ans, ce que Luc proposait comme vision était audacieux, voire impensable. Aujourd’hui, force est d’admettre que cette vision est devenue une référence dans l’appareil municipal», a-t-elle déclaré.

«Accomplir autant en si peu de temps demande un courage politique énorme, une intégrité sans borne et des convictions inébranlables. Ce sont des valeurs qui nous inspirent et qui nous motivent à aller toujours plus loin.»

Le maire Luc Ferrandez s’est fait élire pour la première fois en 2009. Il s’est fait connaître un peu partout au Québec pour les réformes importantes qu’il a imposées dans son célèbre arrondissement et les nombreuses controverses dans lesquelles il a été impliqué.

Pas plus tard que lundi soir, il s’est fait critiquer pour avoir lancé des vulgarités en plein conseil municipal.