Isabelle Melançon appuie la presse régionale [VIDÉO]

La députée libérale Isabelle Melançon avait déposé une motion sur l’exemplarité de l’État en chambre parlementaire le 2 mai dernier stipulant que le gouvernement devait privilégier la presse régionale plutôt que les géants du Web pour les investissements en publicité. La motion avait été acceptée à l’unanimité. Mercredi, la députée apprenait qu’aucun effort n’avait été déployé pour faire respecter cette motion.

La députée de Verdun était en visite au Soleil mercredi afin de démontrer son appui envers la presse régionale, dont le Groupe Capitales Médias (six journaux du Québec), qui s’est placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers le 19 août dernier. Dans les dernières semaines, elle a aussi visité les bureaux de La Voix de l’Est et du Nouvelliste.

«Je voulais faire le tour pour rencontrer les gens, je vois à quel point c’est dynamique. Il y a de l’expérience, il y a de la nouveauté. Je vois aussi des bureaux qui sont vides. J’ai compris que les gens du Soleil ne sont pas assis sur leurs mains. Il y a déjà du travail qui avait été fait, indique Mme Melançon. L’importance des journaux, elle ne date pas d’hier. L’information de qualité, partout sur le territoire du Québec, c’est nécessaire. Et une information diversifiée aussi, il faut se le rappeler», a partagé la députée. 

La motion du 2 mai dernier voulait que le gouvernement arrête d’injecter des sommes dans les géants du Web, comme Facebook ou Google, et qu’il investisse plutôt dans la publicité dans les médias locaux et régionaux.

«J’ai fait une demande d’accès à l’information. J’ai appris qu’aucune correspondance n’avait été acheminée de la part de Nathalie Roy. Rien n’a été fait. Quand la ministre me dit : “Je suis en action”, je trouve ça tellement dommage, c’était facile à faire», indique Mme Melançon.

Conformément aux dispositions de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la députée souhaitait avoir copie de toute lettre ou directive de la part de Culture et des Communications à tout ministère ou organisme au sujet des placements publicitaires gouvernementaux depuis le 18 octobre 2018.

«Au terme des recherches effectuées, nous constatons que nous ne détenons aucun document», peut-on lire dans la réponse du ministère, dont Le Soleil a pu prendre connaissance.

La députée de Verdun juge que «la ministre de la Culture est totalement absente depuis le début de ce débat». Elle reconnaît qu’un chèque de 5 millions $ a été fait pour permettre au Groupe Capitales Médias de poursuivre ses activités jusqu’à la mi-novembre, mais rappelle que «la ministre de la Culture disait que c’était de garrocher de l’argent par les fenêtres».

Motion refusée

Mercredi, en rencontre parlementaire, Mme Melançon a déposé une autre motion en lien avec la crise des médias. La motion parlait notamment d’imposer une taxe de 3 % sur les revenus des géants du Web, comme le fait la Norvège et la France.

«Je demandais au gouvernement du Québec de bouger. On en parle beaucoup, mais on n’a pas beaucoup agi. Tout le monde des oppositions, et même les indépendants, m’appuyait à l’intérieur de cette motion-là. Je demandais de passer à l’action, malheureusement ils ont décidé de dire non.»

La motion voulait aussi que le gouvernement se montre exemplaire face aux investissements publicitaires qu’il choisit. 

«On ne sait pas où on s’en va. Il n’y a pas de pilote dans l’avion, en pleine crise, c’est tellement triste de voir que personne n’est aux commandes. Moi, je vais continuer à en parler, je vais continuer à demander au gouvernement de bouger.»