Disant avoir entendu «la grogne de la population» sur la question, le premier ministre François Legault a demandé au pdg d’Hydro-Québec Éric Martel de faire «un effort spécial» pour que les tarifs d’électricité subissent «une augmentation qui serait moins grande, peut-être même une diminution» en 2020.

Hydro-Québec: Legault remboursera les trop-perçus de l'avenir

Le premier ministre François Legault change son fusil d’épaule et demande à ce que dans l’avenir, les trop-perçus par Hydro-Québec soient retournés dans les poches des Québécois.

Disant avoir entendu «la grogne de la population» sur cette question, M. Legault a aussi demandé au pdg d’Hydro-Québec Éric Martel de faire «un effort spécial» pour que les tarifs d’électricité subissent «une augmentation qui serait moins grande, peut-être même une diminution» en 2020.

Il souhaite ainsi compenser «en partie» les Québécois pour les années 2014 et 2015, où les tarifs d’électricité ont grimpé bien au-dessus du taux d’inflation. Le premier ministre n’a pas précisé le montant de cette compensation, qui ne pourra être totale, car il ne voudrait pas que «ça affecte trop les bénéfices» d’Hydro-Québec. 

«Les Québécois sentent qu’ils se sont fait avoir en 2014 et en 2015 par le gouvernement libéral. Est-ce qu’Hydro-Québec peut faire un effort dans l’année qui vient pour que dans le fond, on pige moins d’argent dans les poches des clients d’Hydro-Québec?» demande M. Legault. 

Talonné depuis l’automne dernier par les partis d’opposition, M. Legault avait refusé jusqu’à ce jour de bouger sur la question des trop-perçus d’Hydro-Québec. En février, il avait même vanté les mérites des trop-perçus, en expliquant que ceux-ci étaient retournés en partie dans les coffres de l’État pour financer des services publics. 

Mais mardi, il a changé d’idée et donné le mandat au ministre des Ressources naturelles Jonatan Julien de revoir le mécanisme en place afin que 100 % des trop-perçus d’Hydro-Québec retournent à la clientèle à partir de 2020. «Dorénavant, toutes les fois qu’il y aura un écart de rendement, il sera retourné aux Québécois. Maintenant, on va voir la mécanique que ça prend. On a différentes options qui s’offrent à nous», indique M. Julien

Aucune rétroaction

Pas question toutefois pour le gouvernement Legault de retourner dans le passé et de rembourser le montant de 1,5 milliard $ qui a été perçu en trop par Hydro-Québec depuis 2008. 

Le premier ministre explique avoir fait d’autres choix pour retourner de l’argent aux contribuables, en baissant les taxes scolaires et en augmentant les allocations familiales. 

À la période des questions mardi, le premier ministre a rappelé qu’il n’avait jamais promis en campagne électorale l’automne dernier de procéder à ce remboursement.

Dans l’opposition, son parti a toutefois réclamé à de nombreuses reprises que le Parti libéral du Québec (PLQ) le fasse. Le PLQ et le Parti québécois ont tous deux accusé M. Legault de briser ses promesses, ce à quoi il a répliqué que la situation n’est plus la même qu’en 2014. 

+

EN UN MOT

Trop-perçus: Il s’agit de l’argent qu’Hydro-Québec récolte en trop par rapport à ses prévisions annuelles. La société d’État préfère les appeler «écarts de rendement». Ils se calculent en faisant la différence entre les prévisions pour l’année et le coût réel des opérations d’Hydro-Québec. Une meilleure productivité et une réduction des dépenses expliquent selon la société d’État qu’elle récolte presque systématiquement plus qu’elle ne dépense. Hydro-Québec précise qu’il ne s’agit pas de surfacturation.