Le premier ministre élu, François Legault, devrait confirmer jeudi que Geneviève Guilbault, députée de Louis-Hébert, sera vice-première ministre du Québec.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre

Le conseil des ministres que présentera François Legault jeudi sera en «zone paritaire» hommes-femmes et sera composé d’un nombre impressionnant de recrues. Le premier ministre devrait confirmer que Geneviève Guilbault, députée de Louis-Hébert, sera vice-première ministre du Québec.

Mme Guilbault est une «spécialiste des relations publiques qui inspire la confiance», dit-on à la Coalition avenir Québec.

Un temps pressentie pour le poste de vice-chef du gouvernement, Sonia LeBel, l’ex de la commission Charbonneau, devrait prendre les rênes de la Justice. Elle aura fort à faire avec le dossier des signes religieux.

Le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, devrait hériter du très sensible dossier de l’immigration, en plus de se voir confier le poste de leader parlementaire du gouvernement, un poste clé à l’Assemblée nationale.

Parmi les recrues qui accéderont au conseil des ministres, mentionnons les noms d’Éric Girard aux Finances (victorieux dans Groulx, il a été trésorier de la Banque Nationale), de Pierre Fitzgibbon à l’Économie (il a notamment travaillé dans le domaine bancaire), de Danielle McCann à la Santé (elle a été pdg de l’Agence de santé et de services sociaux de Montréal), du docteur Lionel Carmant, qui devrait l’épauler pour ce qui touche aux enfants.

Chantal Rouleau (qui a été mairesse d’arrondissement à Montréal), Nadine Girault (qui a œuvré dans plusieurs grandes institutions financières), la médaillée olympique Isabelle Charest et l’avocat Jean Boulet devraient aussi accéder au conseil des ministres.

Ces recrues, élues pour la première fois le 1er octobre, siégeront aux côtés de Christian Dubé, qui devrait prendre les commandes du Conseil du trésor, et également, et entre autres, de Jean-François Roberge, attendu à l’Éducation.

Marguerite Blais, elle, retrouvera avec bonheur la salle où se déroulent les réunions du conseil des ministres. Elle aura l’oeil sur les aînés québécois.

Le mot d’ordre de ce conseil des ministres : «livrer la marchandise»; remplir les engagements pris par le parti durant la campagne électorale et avant.

Les missions

Même si le premier ministre François Legault ne s’attardera pas ce jeudi sur les missions des uns et des autres, son ministre des Finances aura le mandat de réduire le taux de la taxe scolaire de 700 millions $ et d’éliminer la «contribution additionnelle pour la garde d’enfants». 

Il devra aussi faire en sorte que les Québécois n’aient qu’une seule déclaration de revenus à remplir, déclaration qui sera gérée par Québec.

Avec le ou la titulaire de la Famille et de l’enfance, il devra hausser les allocations familiales pour le deuxième enfant et les suivants.

Les parents devraient pouvoir compter sur davantage de flexibilité et de temps avec leurs nouveau-nés, ainsi que de services de dépistage précoce des troubles de développement.

Le ministre de l’Éducation pilotera, lui, une remise à niveau du parc immobilier scolaire. D’ici la fin du présent mandat, en octobre 2022, il devra avoir instauré la prématernelle 4 ans «universelle et gratuite», mais «non obligatoire». Et avoir aboli les élections scolaires et les commissions scolaires (pour remplacer ces dernières par des centres de services aux écoles).

La responsable des personnes aînées lancera un programme de construction de Maison des aînés. Trente devraient voir le jour d’ici la fin de 2022.

En matière d’«identité», le chantier est vaste : rappelons entre autres l’interdiction du port de signes religieux chez les policiers, les juges, les procureurs et les gardiens de prison, ainsi que chez les enseignants des niveaux primaire et secondaire du réseau public; et la réduction du nombre d’immigrants de 52 000 à 40 000 dès 2019.

Le ministre de l’Économie conférera un mandat différent à Investissement Québec dans l’espoir de susciter davantage d’investissements privés. Il fera de l’augmentation des exportations d’électricité une priorité.

En environnement, le gouvernement Legault entend faire de Recyc-Québec un acteur de premier plan pour tendre vers le «zéro déchet».

Le ministre des Transports supervisera notamment le lancement du troisième lien entre Lévis et Québec.

En santé, le nouveau gouvernement rouvrira la dernière entente négociée avec les médecins spécialistes dans l’espoir de se donner des marges de manœuvre — ce dont il aura besoin comme toute équipe gouvernementale.

Un des premiers projets de loi qu’il présentera portera sur le cannabis. Il en proscrira la consommation dans les lieux publics et haussera à 21 ans l’âge minimum pour en consommer.