Le premier ministre François Legault à l’Assemblée nationale, le 5 décembre dernier

François Legault admet son déficit de crédibilité en matière d’environnement

SAN FRANCISCO - Le gouvernement actuel souffre d’un déficit de crédibilité en matière de protection de l’environnement et le premier ministre François Legault affirme en être bien conscient.

En entrevue à La Presse canadienne, cette semaine, en marge de la mission qu’il dirigeait en Californie, M. Legault a cherché à casser cette image d’homme de droite, peu soucieux de la crise climatique qui frappe la planète.

Mais il sait qu’il doit encore faire ses preuves pour se poser en premier ministre «vert», même s’il soutient être bien moins à droite et bien plus écolo que ce qu’on croit en général.

Mais d’où vient cette méprise, alors?

«Ça remonte à loin», répond M. Legault, expliquant que cette étiquette d’homme de droite lui colle à la peau depuis la fusion de son parti, la Coalition avenir Québec (CAQ), avec l’Action démocratique (ADQ), en 2011.

Depuis, «il y a des gens qui pensent encore que je suis à droite, que c’est pas important l’environnement pour moi». Et il s’en désole.

Sauf que depuis 2011, M. Legault a eu droit à trois campagnes électorales (2012, 2014 et 2018) pour se rattraper, bâtir un programme en environnement, dresser une liste d’engagements, fixer des objectifs et des échéanciers.

Or, la CAQ s’est présentée devant l’électorat en demeurant pratiquement muette sur cette question.

M. Legault explique ce silence par le fait que les quatre partis ont, selon lui, à peu près les mêmes idées et les mêmes objectifs à atteindre dans la lutte aux changements climatiques, alors qu’en campagne électorale, chacun cherche à se démarquer.

En campagne, «on essaie d’insister sur les points sur lesquels on se différencie», dit-il, pour justifier sa position, ajoutant qu’il ne croit pas «qu’on se différencie beaucoup sur l’environnement, les quatre partis». La CAQ a donc choisi de miser sur d’autres enjeux.

«J’ai pas insisté plus qu’il ne faut sur l’environnement, mais ça ne veut pas dire que je ne me sens pas responsable de déposer un plan qui va réduire les GES», insiste le premier ministre, qui mise beaucoup sur le plan de lutte aux gaz à effet de serre (GES) que son ministre Benoit Charette va déposer au début de l’année 2020 pour se rattraper et redorer son image.

«Il y a des attentes qu’il faut rencontrer», dit le premier ministre, répétant toujours la célèbre réplique du Capitaine Bonhomme (une émission de télé des années 1960) dès qu’il est question de ses projets en environnement: «Les sceptiques seront confondus.»

Si les objectifs se ressemblent, le ton et l’approche des partis diffèrent. Loin du discours lyrique de Québec solidaire, à la CAQ on est pragmatique et on privilégie l’approche «business».

Pour lutter contre les GES, l’accent sera mis sur le transport. Le gouvernement voit dans le contexte actuel des occasions d’affaires à exploiter, en misant notamment sur l’électrification des voitures, camions et autobus.

Avec la Californie, cinquième économie au monde, le Québec veut développer des partenariats en ce domaine pour la fabrication de véhicules de transport individuels et collectifs plus écolos, moins polluants.

Mais la profession de foi environnementale du premier ministre n’empêchera pas le gouvernement, en parallèle, de promouvoir des projets plus controversés sur ce plan, comme le coûteux troisième lien entre Québec et Lévis, qui favorisera, selon plusieurs, un accroissement de la circulation automobile et entraînera l’étalement urbain.

M. Legault a déjà déclaré que ce tunnel sous le fleuve Saint-Laurent était un projet «vert» car des voitures électriques l’emprunteront. Le ministre Charette l’a décrit comme un outil de développement économique qui servira au transport collectif.

Avec la Californie, M. Legault va aussi militer pour faire adhérer davantage de provinces et une «vingtaine» d’États américains à la bourse du carbone, qui vise à réduire les émissions de GES des grandes entreprises grâce à un programme de plafonnement et d’échange de droits d’émissions, car «on n’y arrivera pas juste deux États sur 60 en Amérique du Nord».

Il dit être sensible à la crise climatique et nourrir «des inquiétudes bien plus sur la Chine et l’Inde, quand on voit le nombre de centrales au charbon et la taille des dommages qu’ils font à l’environnement, ça m’inquiète».

L’année 2020 devrait être celle de l’environnement au Québec avec l’annonce du plan de lutte aux GES, et l’avancement de divers projets, dont six projets de tramways, la mise en place du recyclage des gros électroménagers et de la consigne du verre, notamment.

Actuellement, le Québec vise à réduire de 37,5 % ses émissions de GES pour 2030, par rapport au niveau de 1990.

Le premier ministre ne participe pas au sommet des Nations unies sur le climat, la COP25, qui se tient présentement à Madrid, mais il promet qu’il sera présent au prochain, à Glasgow, en Écosse, en décembre 2020.