Alors que la campagne électorale fédérale doit être déclenchée d’un jour à l’autre, le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, juge que le premier ministre du Québec s’est montré jusqu’à maintenant bien silencieux dans les dossiers Québec-Ottawa.

Élections fédérales: le PLQ veut des engagements et presse Legault

Le chef de l'opposition officielle, Pierre Arcand, demande au premier ministre François Legault de s'impliquer dès maintenant dans la campagne électorale fédérale, en exhortant les partis politiques à se commettre envers le Québec.

Alors que la campagne électorale fédérale doit être déclenchée d'un jour à l'autre, M. Arcand juge que le premier ministre du Québec s'est montré jusqu'à maintenant bien silencieux dans les dossiers Québec-Ottawa.

«Il n'a rien dit», bien que «c'est le moment de défendre les intérêts du Québec», a fait valoir M. Arcand, en point de presse, mardi, en dressant sa propre liste de priorités reliées aux enjeux de politique fédérale-provinciale.

Pourtant, «ce n'est pas le moment d'être discret», a commenté le chef par intérim du Parti libéral du Québec (PLQ), en interpellant les chefs de partis fédéraux sur cinq enjeux jugés fondamentaux pour l'avenir immédiat du Québec, une série de propositions qui, l'espère-t-il, sera reprise par M. Legault.

Taxer les géants du Web

Par exemple, les chefs des différents partis de la scène politique fédérale doivent s'engager à taxer les géants du Web, a indiqué M. Arcand.

Cette idée avait fait consensus, la semaine dernière, dans le cadre de la consultation parlementaire tenue sur l'avenir des médias, aux prises avec une crise financière sans précédent. Tour à tour, les intervenants sont venus dire aux élus que Google et Facebook en particulier grugeaient une partie importante de leurs revenus publicitaires depuis des années, et ce, sans verser un sou au Québec.

C'est «la survie des médias et de l'information qui est en jeu», a-t-il fait valoir.


« Il [François Legault] n’a rien dit, [bien que] c’est le moment de défendre les intérêts du Québec. [Pourtant,] ce n’est pas le moment d’être discret »
Le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand

La question des transferts en santé inquiète particulièrement M. Arcand, qui dit constater «un désengagement du fédéral qui dure depuis des années», au détriment du trésor québécois.

Le PLQ militera également en faveur d'un accroissement du financement fédéral des infrastructures en transport collectif, et aussi d'un meilleur dédommagement à offrir aux producteurs de porcs, de grains et aux producteurs laitiers du Québec, à la suite des accords commerciaux signés entre le Canada et l'Europe, sans compter la crise commerciale avec la Chine.

Enfin, les libéraux souhaitent que les partis s'engagent à réformer le Code criminel de manière à augmenter les peines reliées à des crimes financiers. On croit que cela aurait un effet dissuasif sur le vol de données personnelles.

M. Arcand assure qu'il ne donnera pas de directives à ses députés relativement à la campagne fédérale. Ceux qui désirent s'impliquer et appuyer tel candidat de tel parti pourront donc le faire.