Un recomptage judiciaire a établi que la candidate péquiste, Méganne Perry-Mélançon l’a emporté par 41 voix.

Élections 2018: une erreur de transcription à l’origine du recomptage dans Gaspé

Le directeur général des élections Pierre Reid conclut qu’une erreur de transcription des données est à l’origine du résultat erroné communiqué le soir du scrutin québécois du 1er octobre dans la circonscription de Gaspé. Le candidat libéral Alexandre Boulay avait initialement été déclaré vainqueur avec 132 voix d’avance.

Un recomptage judiciaire a toutefois établi que c’est la candidate péquiste, Méganne Perry-Mélançon, qui l’a emporté par 41 voix. L’erreur de transcription avait conféré l’ensemble des 194 voix de la désormais célèbre boîte de scrutin 61 à M. Boulay.

La tenue d’une enquête avait été décrétée le 11 octobre, et elle était réclamée par Mme Perry-Mélançon et M. Boulay. Dix membres du personnel du Directeur général des élections (DGE) ont interrogé 150 personnes pendant l’enquête.

Des erreurs ont été décelées dans 48 autres boîtes de scrutin, mais elles étaient mineures dans la plupart des cas et aucune de ces autres erreurs n’aurait pu renverser le vote, note le rapport d’enquête du DGE.

«Manque dans la formation»

Ce rapport révèle que «les erreurs observées découlent principalement d’une mauvaise compréhension des règles à appliquer par certains membres du personnel électoral, ce qui peut notamment s’expliquer par un manque d’uniformité dans la formation offerte au personnel de la circonscription».

«J’ai demandé à mon équipe de poursuivre ses efforts pour que les formations en circonscription soient plus uniformes et pour que le matériel électoral soit plus accessible et efficace», précise Pierre Reid dans un communiqué.

Alexandre Boulay se dit satisfait des résultats de l’enquête. «Les nombreuses irrégularités relevées lors de la révision des résultats de l’élection dans Gaspé m’avaient amené à demander au DGEQ d’enquêter et de faire la lumière sur ce qui s’était réellement passé le soir de l’élection. De nombreuses autres entorses ont été dévoilées, notamment dans la boîte du vote itinérant à Cap-Chat. Ces irrégularités ont amené le DGEQ à mener une enquête sérieuse qui se termine aujourd’hui avec une série de recommandations pour améliorer le processus électoral » écrit-il.