Doug Ford, qui s'est récemment positionné comme une force unificatrice au pays, s'est dit troublé par les résultats du scrutin fédéral, mais il assure également qu'il a compris les préoccupations de l'Ouest canadien.

Doug Ford se propose comme hôte d'un sommet des premiers ministres

TORONTO — L’unité nationale était au coeur des préoccupations du premier ministre ontarien, Doug Ford, lundi alors qu’il proposait d’accueillir une rencontre anticipée des premiers ministres des provinces pour discuter de ce qu’il a qualifié de «sentiment d’aliénation de l’Ouest» au lendemain des élections fédérales.

Le premier ministre ontarien a fait cette annonce lors de sa première conférence de presse depuis que les libéraux fédéraux ont été réélus il y a deux semaines avec un gouvernement minoritaire, sans toutefois remporter un seul siège en Alberta ou en Saskatchewan.

Il s’est dit troublé par les résultats du scrutin fédéral du 21 octobre, mais a également dit comprendre les préoccupations des résidents de l’Ouest canadien.

«Les gens de l’Alberta, les gens de la Saskatchewan (...) ils ont juste l’impression d’être ignorés, a soutenu M. Ford. Je n’ai jamais vu un pays aussi divisé, mais nous devons rester unis.»

Le Québec doit accueillir en juillet prochain la rencontre estivale des premiers ministres des provinces et territoires, dans le cadre du Conseil de la fédération.

Durant la campagne électorale, le premier ministre Justin Trudeau a souvent pris à partie Doug Ford, faisant campagne contre le premier ministre ontarien, qui a limité les apparitions publiques et qui n’a pas fait campagne pour les conservateurs fédéraux.

M. Ford a déclaré que l’idée d’organiser une rencontre anticipée des premiers ministres avait été évoquée lors d’une conférence téléphonique, vendredi dernier, avec presque tous ses homologues. Il a ajouté que les premiers ministres avaient également discuté d’infrastructures, de dépenses en soins de santé et de la nécessité de forcer les libéraux fédéraux à respecter leurs engagements électoraux.

«Nous devons travailler ensemble, a déclaré M. Ford à propos des premiers ministres des provinces et des territoires. Tous les premiers ministres avec lesquels (je me suis) entretenu ont pensé qu’il serait bien de se réunir (...) On doit aussi entendre les préoccupations des gens de l’Ouest.»

M. Ford a également déclaré qu’il était important d’écouter le Québec, d’autant plus que le Bloc québécois a remporté plus de sièges que tout autre parti dans cette province.

Une porte-parole du premier ministre Trudeau a déclaré que les Canadiens attendaient des élus de tous les niveaux de gouvernement qu’ils travaillent ensemble pour le pays.

«Contrairement à son prédécesseur (Stephen Harper), le premier ministre a tenu régulièrement des réunions des premiers ministres au cours des quatre dernières années et a l’intention de continuer à le faire dans les années à venir, a déclaré Chantal Gagnon. Il a également l’intention de continuer de rencontrer et de parler individuellement avec les premiers ministres.»

Une porte-parole du premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a indiqué que les premiers ministres avaient eu une bonne discussion sur les résultats des élections fédérales lors de la conférence téléphonique de la semaine dernière.

«De plus, le premier ministre Kenney appuierait une rencontre du Conseil de la fédération à Toronto ou ailleurs», a ajouté Christine Myatt.

Un porte-parole du premier ministre du Québec a déclaré que François Legault est toujours intéressé à rencontrer ses homologues.

«Notre gouvernement veut poursuivre les discussions et une bonne coopération dans les différents dossiers, toujours dans le but de défendre les champs de compétence des provinces et les intérêts des Québécois», a déclaré Ewan Sauves.

Une porte-parole du premier ministre britanno-colombien, John Horgan, a pour sa part déclaré que l’unité nationale sera probablement à ordre du jour la prochaine fois que les premiers ministres se rencontreront.

Le Québec doit accueillir en juillet prochain la rencontre estivale des premiers ministres des provinces et territoires, dans le cadre du Conseil de la fédération.

Les troupes de Justin Trudeau, qui forment un gouvernement minoritaire, n'ont pas pu remporter un seul siège en Alberta et en Saskatchewan le 21 octobre. Le premier ministre Ford, qui s'est récemment positionné comme une force unificatrice au pays, s'est dit troublé par les résultats du scrutin fédéral, mais il assure également qu'il a compris les préoccupations de l'Ouest canadien.

«Je n'ai jamais vu un pays aussi divisé, mais nous devons rester unis», a déclaré M. Ford lundi. «Et je comprends tout à fait l'Ouest (...) Les gens de l'Alberta, les gens de la Saskatchewan (...) ils ont juste l'impression d'être ignorés.»

M. Ford a déclaré que l'idée d'organiser une rencontre anticipée des premiers ministres avait été évoquée lors d'une conférence téléphonique, vendredi dernier, avec presque tous ses homologues. Il a ajouté que les premiers ministres avaient également discuté d'infrastructures, de dépenses en soins de santé et de la nécessité de forcer les libéraux fédéraux à respecter leurs engagements électoraux.

«Nous devons travailler ensemble», a déclaré M. Ford à propos des premiers ministres. «Tous les premiers ministres avec lesquels (je me suis) entretenu ont pensé qu'il serait bien de se réunir (...) On doit aussi entendre les préoccupations des gens de l'Ouest.»

M. Ford a également déclaré qu'il était important d'écouter le Québec, d'autant plus que le Bloc québécois a remporté plus de sièges que tout autre parti dans cette province.