Alors qu’il commentait le rapport mensuel des opérations financières au 31 août, vendredi, l’ex-trésorier de la Banque Nationale a préféré jouer de prudence, affirmant que ces décisions seraient plutôt dans sa mise à jour économique automnale.

Coussin de 3 G$ pour le gouvernement Legault

MONTRÉAL — En dépit d’un surplus de 3 milliards $ depuis le début de l’exercice, le ministre des Finances, Éric Girard, n’est pas allé aussi loin que le premier ministre François Legault, qui a promis de remettre de l’argent dans le portefeuille des contribuables d’ici la fin de l’année.

Alors qu’il commentait le rapport mensuel des opérations financières au 31 août, vendredi, l’ex-trésorier de la Banque Nationale a préféré jouer de prudence, affirmant que ces décisions seraient plutôt dans sa mise à jour économique automnale.

D’avril à août, la progression de l’excédent budgétaire - qui tient compte d’un versement de 1,16 milliard $ au Fonds des générations - s’est chiffrée à 74 pour cent comparativement à la même période l’an dernier.

M. Girard a prévenu qu’il était prématuré de prévoir une performance similaire pendant le reste de l’année financière dans un contexte où les taux d’intérêt devraient poursuivre leur progression au Canada et ailleurs.

L’écart positif budgétaire depuis le début de l’année financière s’explique par la hausse de 7,2 pour cent, ou 1,7 milliard $, des revenus autonomes de l’État, qui ont atteint 25,8 milliards $.

L’impôt prélevé sur le revenu des particuliers a permis à Québec d’empocher 439 millions $ de plus, alors que pour celui des entreprises, ce sont 378 millions $ supplémentaires qui ont été récoltés. Les taxes à la consommation ont aussi généré 522 millions $ de plus.

De plus, les sociétés d’État comme Loto-Québec, la Société des alcools du Québec ainsi qu’Hydro-Québec ont injecté 129 millions $ supplémentaires, soit une augmentation de neuf pour cent, dans les coffres de l’État depuis avril.

Au terme des cinq premiers mois de l’exercice financier, les transferts fédéraux atteignaient 8,7 milliards $, en progression de 408 millions $.

Parallèlement, la croissance des dépenses de programmes s’est considérablement accélérée d’avril à août, atteignant 29,75 milliards $, en hausse de 5,2 pour cent comparativement à la période correspondante l’an dernier.