Le ministre des Finances Eric Girard aux plaines d'Abraham, à Québec, lundi  

Coronavirus: le ministre Girard n’exclut pas un déficit

Deux jours après avoir déposé son budget annuel auréolé d’un surplus comptable de 2,7 milliards $, le ministre des Finances du Québec n’exclut pas que l’impact du coronavirus puisse provoquer un déficit.

«Je n’exclus pas un déficit», a reconnu Eric Girard, jeudi matin, en mêlée de presse avant son entrée à la réunion quotidienne des élus de la Coalition avenir Québec (CAQ).

«Si les entreprises et les individus ont besoin de notre aide, on va être là. L’économie québécoise a des bases solides», a poursuivi le ministre Girard, répétant ici ce qu’il avait dit mardi.

M. Girard admet que «les prévisions du budget sont clairement à risque», lui qui inscrivait une prévision de croissance de 2 % pour les 12 prochains mois.

«On voit que les premier et deuxième trimestres [période de trois mois] de l’année vont être très faibles. L’évolution de la pandémie nous dira quel rebond on aura au deuxième semestre [période de six mois]. On a vu lors de situations passées semblables que ça prend de deux à trois trimestres pour reprendre ce qu’on a perdu.»

Le ministre des Finances souligne que l’équilibre budgétaire annoncée s’appuie en réalité sur un surplus comptable de 2,7 milliards $, somme versée automatiquement au Fonds des générations pour réduire la dette.

Cet argent peut donc être entamé ou même utilisé au complet avant de basculer dans un déficit.

«On a un budget qui prévoyait 118 milliards $ de dépenses, on a la capacité de faire tout ce qu’on veut», résume le ministre Girard, qui fait aussi partie d’un comité provincial de vigilance économique composé de huit ministres mis sur pied pour faire face aux défis économiques liés au COVID-19.