Justin Trudeau à Toronto, mardi

Clause dérogatoire: Trudeau invite Legault à la «réflexion»

OTTAWA - Le premier ministre Justin Trudeau sert une mise en garde au premier ministre désigné François Legault en lui conseillant de bien réfléchir avant d’invoquer la disposition de dérogation.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a laissé planer mardi la possibilité d’avoir recours à cette clause afin d’interdire le port de signes religieux pour les personnes en position d’autorité.

Invité à se prononcer sur cette question, mercredi matin, le premier ministre Trudeau a prévenu que poser un tel geste n’était «pas quelque chose à faire à la légère».

Il a ajouté que le recours à la clause ne «devrait être fait qu’en des moments exceptionnels et après beaucoup de réflexion» et «beaucoup de considérations profondes sur les conséquences».

Le premier ministre a ajouté «que supprimer, ou d’éviter de défendre les droits fondamentaux des Canadiens» est «une chose à laquelle il faut faire très attention».

Il a réitéré sa position sur la question du port des signes religieux: ce n’est selon lui pas à l’État de dire aux citoyens ce qu’ils peuvent porter ou pas.

À Boucherville, où sont réunis les candidats élus et défaits de la CAQ, on a préféré jouer de prudence.

Le vétéran Éric Caire a ainsi argué qu’il fallait laisser le temps au gouvernement de s’installer, et qu’il y aurait des discussions avec le fédéral en temps et lieu.