La CAQ étant un jeune parti, la formation n’a pas encore une base militante assez grande pour qu’une investiture soit représentative, fait valoir le chef François Legault.

Candidats de la CAQ: tous choisis par le chef

Le chef François Legault se réserve le choix final de tous les candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour les élections du 1er octobre. Aucune course à l’investiture n’est à l’agenda, ce qui déplaît à certains caquistes.

«J’aurais aimé que ça soit plus ouvert comme façon de faire. Quand vous devenez populaire et que vous risquez d’être au pouvoir, vous surfez sur la vague avec des candidats qui sont pas élus, mais désignés», déplore Pierre-Emmanuel Lavoie. 

Cet ex-militaire de 42 ans voulait être candidat pour la CAQ dans la région de Québec. Son dossier n’a toutefois pas été retenu dans Vanier-Les Rivières. C’est plutôt Mario Asselin, un membre de l’exécutif du parti, qui s’y présentera.

Depuis l’automne, le parti recueille des dossiers par l’entremise de son site Web. Les aspirants candidats peuvent sélectionner jusqu’à 3 circonscriptions qui les intéressent. M. Lavoie croyait que ce processus allait mener à des assemblées d’investiture, où les membres seraient appelés à voter pour leur candidat préféré, mais ça n’a pas été le cas. 

«Pour l’instant, il n’y a pas d’investiture de prévue pour l’élection de 2018», soutient Thomas Verville, attaché de presse à la CAQ. Questionné à ce sujet ces dernières semaines, François Legault a expliqué que la CAQ, étant un jeune parti, n’a pas encore une base militante assez grande pour qu’une investiture soit représentative. «Ça ne veut pas dire que ça ne changera pas dans le futur», exprime M. Verville. 

Le Parti libéral, le Parti québécois et Québec solidaire organisent tous des assemblées d’investiture. Plusieurs candidats gagnent par acclamation et lorsqu’il y a une course, les chefs peuvent favoriser l’un des aspirants candidats. Sauf que le choix final revient aux membres. 

Depuis la naissance du parti en 2011, jamais un candidat de la CAQ n’a eu à passer par un processus d’investiture, indique M. Verville. La possibilité est évoquée dans les règlements du parti, sauf qu’il faut que ce soit le chef qui «ordonne» une course à l’investiture. 

Fermé à Québec?

Lorsque la CAQ a refusé sa candidature, en janvier, M. Lavoie s’est fait dire que tous les candidats étaient déjà choisis dans la région de Québec. «Il faudrait qu’ils arrêtent de prendre des candidatures dans les régions où c’est fermé», juge M. Lavoie, qui a milité pour le Parti québécois avant 2015. 

Thomas Verville nie que toutes les circonscriptions soient fermées à Québec, ou ailleurs dans la province. Favorite dans les sondages, la CAQ dit recevoir en ce moment plusieurs candidatures intéressantes. «On veut avoir les meilleurs candidats pour tous les comtés. On ne veut pas prendre de décisions précipitées», indique M. Verville.

À l’heure actuelle, la CAQ a fait connaître 16 candidats, et ses 21 députés souhaitent tous se représenter. Ce qui laisserait 88 circonscriptions encore disponibles. 

D’autres caquistes ont fait savoir ces dernières semaines qu’ils étaient mécontents de ne pas avoir été sélectionnés par François Legault. Pascal Tremblay, de Saguenay, aurait aimé pouvoir servir le parti dans sa région, sans succès. Luc Angers, de Gatineau, a quant à lui claqué la porte du parti à la fin février. Celui qui avait défendu les couleurs de la CAQ en 2012 a été mis de côté dans Chapleau au profit de Mathieu Lévesque, un jeune avocat.