Le gouvernement Trudeau propose de financer une partie de l’hypothèque — jusqu’à un certain point — afin d’épauler ceux qui ont de la difficulté à accéder à la propriété.

Budget fédéral: des mesures qui touchent le portefeuille des citoyens

PLUS D’ACHETEURS

Vous êtes sur le point de vous acheter une première maison? Le gouvernement Trudeau propose de financer une partie de l’hypothèque — jusqu’à un certain point — afin d’épauler ceux qui ont de la difficulté à accéder à la propriété. Il relève également le montant qu’il est possible de piger dans son régime enregistré d’épargne-retraite (REER) afin de réaliser une première transaction. L’accessibilité à la propriété figure parmi les principales préoccupations du gouvernement Trudeau depuis son élection, alors que la hausse des prix de l’immobilier dans les principales villes du pays complique la tâche aux premiers acheteurs. Ottawa propose d’aider les ménages dont le revenu est inférieur à 120 000 $ — soit près de 50 000 $ de plus que le revenu médian calculé par Statistique Canada — ce qui pourrait bénéficier à près de 100 000 nouveaux acheteurs au cours des trois prochaines années. Les personnes admissibles à cette mesure verraient la Société canadienne d’hypothèques et de logement participer au paiement des versements hypothécaires mensuels. Le coût de cette mesure est estimé à 1,25 milliard $ sur trois ans. Il sera également possible de retirer jusqu’à 35 000 $ de son REER, par rapport à 25 000 $ actuellement, dans le cadre du Régime d’accession à la propriété (RAP). Les personnes divorcées ou séparées pourraient également participer au RAP, même si elles ne satisfont pas à l’exigence d’être acheteurs d’une première propriété.

PLUS VERT

Les modalités entourant cette mesure n’ont pas encore été dévoilées, mais le gouvernement Trudeau propose d’offrir jusqu’à 5000 $ à la suite de l’achat d’un véhicule électrique ou à pile à hydrogène. Selon les informations fournies dans le budget Morneau, le prix de détail des véhicules doit être inférieur à 45 000 $. Cette mesure doit coûter 300 millions $ sur trois ans.

DU CANNABIS PLUS CHER?

Après avoir légalisé la consommation de la marijuana à des fins récréatives le 17 octobre dernier, le gouvernement Trudeau se penche déjà sur de nouvelles façons de taxer cette substance. Ottawa souhaite prélever des taxes sur les nouvelles catégories de produits, comme le cannabis comestible, les extraits de cannabis et le cannabis pour usage topique, qui seront disponibles plus tard cette année. On ne touchera pas au droit d’accise pour de nombreux produits, comme le cannabis séché. Le budget Morneau propose toutefois que le cannabis comestible, les extraits de cannabis — y compris les huiles — et le cannabis pour usage topique soient assujettis à des droits d’accise imposés aux titulaires de licence de cannabis à un taux fixe appliqué selon la teneur totale en tétrahydrocannabinol (THC), le composé psychoactif principal du cannabis, contenu dans le produit final.

DES PAYES MOINS JUTEUSES

Les patrons d’entreprises bien établies et de multinationales qui sont rémunérés en vertu des options d’achat d’actions risquent d’empocher un peu moins d’argent puisque le gouvernement Trudeau a décidé d’en modifier le régime d’imposition. On appliquera ainsi un plafond annuel de 200 000 $ pour les options d’achat d’actions pouvant recevoir un traitement fiscal préférentiel pour les employés de grandes entreprises bien établies. Toutefois, Ottawa épargnera les entreprises en démarrage et les jeunes pousses en pleine croissance afin qu’elles puissent continuer à bénéficier du régime actuel pour attirer des employés. À l’heure actuelle, les options sont imposées à un taux correspondant à la moitié du taux normal d’imposition sur le revenu des particuliers, soit au même taux que les gains en capital.

NAVIGUER PLUS VITE?

Le gouvernement Trudeau désire que 95 % des foyers et entreprises aient accès à Internet haute vitesse d’ici à 2026, avec l’espoir d’atteindre 100 % d’ici à 2030. Dans son quatrième budget, M. Morneau vise des investissements de 5 milliards $ à 6 milliards $ destinés à Internet à large bande dans les régions rurales au cours de la prochaine décennie. Ottawa identifie cinq façons d’arriver à ses fins, notamment grâce à de nouveaux investissements de la Banque de l’infrastructure du Canada.