Bourses, médias et pourboires… trois à-côtés du budget Girard

Des bourses aux futurs enseignants

Dans sa volonté de valoriser la profession enseignante, le gouvernement a annoncé dans son budget qu’il investira près de 80 millions $ sur cinq ans pour offrir des bourses d’excellence aux futurs enseignants. C’est donc dire que 16 millions $ seront disponibles chaque année à partir de 2019-2020. Ces bourses «seront offertes à ceux qui présentent un dossier scolaire relevé afin de les inciter à entamer un programme d’études et à persévérer dans leur programme d’études», peut-on lire.

Une aide pour la presse écrite

Les médias de la presse écrite n’ont pas été oubliés dans ce premier budget de l’ère caquiste. En effet, le gouvernement consent une subvention de trois millions $ à l’organisme RecycleMédias qui évalue le montant de la taxe que les journaux doivent débourser pour recycler son papier. Ainsi, on évalue à 7,3 millions $ la somme que la presse écrite devrait investir dans le recyclage. Additionnés aux 3,5 millions $ octroyés par le gouvernement de Philippe Couillard, les 3 millions$ consentis par la CAQ permettront aux entreprises de la presse écrite de se partager un montant réduit de 820 000$ pour l’année 2019-2020. Cette subvention non récurrente sera réévaluée l’an prochain, mais la taxe n’est pas abolie.

Un coup de pouce pour les restaurateurs

Les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie pourront souffler un peu dans la prochaine année, alors que le gouvernement prévoit une aide en bonifiant le crédit d’impôt relatif à la déclaration des pourboires. Préoccupée par l’importante pénurie de main-d’œuvre qui affecte ces secteurs, la CAQ permet ainsi de réduire la taxe sur la masse salariale que l’employeur doit débourser sur le salaire et les pourboires de ses employés. «À cet effet, les indemnités attribuables à des pourboires payées par les employeurs pour des absences en raison d’obligations familiales ou pour des raisons de santé seront ajoutées aux dépenses admissibles donnant droit au crédit d’impôt relatif à la déclaration des pourboires», explique-t-on. Cette compensation doit permettre aux employeurs «d’offrir des avantages sociaux plus attrayants aux travailleurs de l’industrie».

À LIRE AUSSI