Le ministre de l'Immigration, David Heurtel

Accueil de migrants irréguliers au Québec: les ressources sont saturées

MONTRÉAL — Québec avertit Ottawa qu'il a atteint la limite de sa capacité d'accueillir des migrants irréguliers et n'accueillera plus l'excédent à compter du 24 avril dans ses centres d'hébergement temporaire à Montréal.

Québec dispose de 1 850 places d'hébergement temporaire dans quatre centres à Montréal et ces places sont déjà occupées à 75 pour cent. Le ministre de l'Immigration, David Heurtel, affirme qu'il ne dépassera pas le seuil de 85 pour cent, afin de conserver une marge de manœuvre pour les demandeurs d'asile qui utilisent les voies régulières.

Or, après avoir vu le nombre de migrants irréguliers multiplié par trois l'an dernier, le mouvement migratoire augmente encore plus significativement depuis le début de 2018. Déjà, le nombre de migrants irréguliers depuis le début de 2018 est trois fois plus élevé que durant la même période l'an dernier.

Outre les centres d'hébergement, les services sociaux, de santé et le réseau de l'éducation de la région de Montréal sont déjà étirés à la limite pour accueillir les migrants et l'arrivée massive de nouveaux demandeurs irréguliers, qui s'ajouteront à ceux de 2017 qui sont toujours pris en charge par les services provinciaux, doit maintenant être limitée, selon Québec.

Le ministre de l'Immigration, David Heurtel, a refusé de dire clairement qu'il fermera les portes des centres d'hébergement, mais il avertit Ottawa que, lorsque la limite sera atteinte, il avisera les autorités fédérales qu'il n'y a plus de place.

David Heurtel sera à Ottawa mercredi pour réclamer un plan de contingence du fédéral.

Rappelant que le Québec a accueilli à lui seul la moitié des demandeurs d'asile irréguliers l'an dernier, il demande au gouvernement fédéral de s'occuper de la répartition et de l'accueil de l'excédent ailleurs qu'à Montréal, notamment en région via les centres de Service Canada et dans les autres provinces.

De plus, il maintient sa demande de fonds supplémentaires pour assumer la dépense inédite, soit 146 millions $ pour l'an dernier et d'autres sommes qui restent à déterminer pour 2018.

Jusqu'ici, Ottawa n'a même pas daigné répondre à la demande du Québec.