La Ville de Granby a écopé d’une sanction administrative pécuniaire de 2500 $ pour avoir soufflé des neiges usées à l’extérieur de son site de dépôt de neige situé dans le parc industriel.

Plusieurs entreprises locales sanctionnées par le ministère de l'environnement

Des manquements à la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE) ont coûté cher à des entreprises de la région depuis le début de l’année. Plusieurs se sont vues remettre des amendes salées par le ministère de l’Environnement.

L’entreprise Verbom de Valcourt a écopé le 4 avril d’une sanction administrative pécuniaire (SAP) de 10 000 $, soit le maximum permis par la LQE. La sanction imposée au transformateur de feuilles de métal fait suite au rejet « dans l’environnement des eaux usées domestiques en provenance d’installations septiques » de son usine de la route 222, lit-on sur le registre des SAP. C’est une violation d’une partie de l’article 20 de la loi qui interdit les rejets susceptibles de porter préjudice à la qualité de l’environnement, aux écosystèmes et aux espèces vivantes.

Le Camping Domaine du rêve de Sainte-Angèle-de-Monnoir s’est de son côté vu signifier une SAP de 7500 $ le 28 janvier. Le Ministère reproche aux propriétaires du site de ne pas avoir fait « sortir immédiatement les personnes de l’eau ou de fermer l’accès au bassin (jeux d’eau) » lorsque la pompe assurant la filtration de l’eau s’est brisée et lorsque « la présence de bactéries en concentration supérieure aux normes fixées » pour l’E. coli a été détectée.

Le Groupe Agricole Brodeur de Saint-Alphonse-de-Granby a reçu une SAP de 3500 $, le 28 mars dernier. L’entreprise a écopé de cette amende parce que les drains de ses installations permettant l’évacuation des eaux ne fonctionnaient pas.

L’entreprise agricole n’en était pas à ses premiers démêlés avec le ministère de l’Environnement. Elle avait écopé, le 9 novembre 2017, d’une amende de 3500 $ parce que ses équipements d’évacuation des déjections animales avaient des problèmes d’étanchéité laissant le lisier se retrouver dans l’environnement.

Une SAP de 3500 $ a également été remise, le 27 mars, à la Ferme ASD Arès de Stukely-Sud. L’entreprise agricole n’a pas maintenu un de ses drains fonctionnels en tout temps, a noté un inspecteur du Ministère.

Consommation humaine

Le restaurant Becco Express à Granby a pour sa part reçu une SAP de 3500 $, le 2 mai. Le Ministère reproche aux propriétaires de la pizzeria de la rue Principale de ne pas s’être assuré qu’un employé qui effectuait des tâches liées à l’opération et au suivi du fonctionnement du puits de l’établissement, dont l’eau était destinée à la consommation humaine, avait les compétences pour effectuer ce travail. Cet employé devait être supervisé, soutient le Ministère.

James Bond, un résidant de Dunham, a reçu une amende de 1000 $ pour avoir effectué sans autorisation un remblai d’une longueur de 24 mètres dans la rive de la rivière aux Brochets Nord.

Finalement, la Ville de Granby devra payer une amende de 2500 $ au ministère de l’Environnement. Une SAP a été envoyée à la Ville, le 31 mai, parce qu’elle a enfreint les limites de son certificat d’autorisation pour opérer son site de dépôt de neige usée dans le parc industriel. Une inspection menée l’hiver dernier a permis de conclure que des neiges usées ont été soufflées en dehors du site. Les eaux provenant de leur fonte n’ont pu être captées par la membrane qui se trouve sous le site.

Les montants des SAP payés par les contrevenants sont versés au Fonds vert du gouvernement du Québec.