En Montérégie, les mises en chantier ont augmenté de 7%, une hausse notamment attribuable au boom de la construction d’immeubles en copropriété.

Plus de logements à louer, moins de condos à vendre dans la région

Les mises en chantier de constructions résidentielles ont connu leur meilleur départ depuis une décennie au cours de la première moitié de l’année. En conséquence, l’offre de logements locatifs à Granby sera plus généreuse au cours des mois à venir.

Selon le bilan de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), dont La Voix de l’Est a obtenu les grandes lignes, 21 081 logements ont été mis en chantier au Québec au cours des six premiers mois de 2019, une hausse de 9 % par rapport à l’année dernière, et la meilleure performance depuis 2010.

Si la tendance se maintient, 2019 pourrait bien être l’année où on a enregistré le plus grand nombre de mises en chantier depuis 1987, souligne Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ. « Il s’agit jusqu’à présent d’une année exceptionnelle, note-t-il. Il y a une toute nouvelle offre sur le marché immobilier. »

Ce sont surtout des immeubles à logements qui ont contribué à ces statistiques, mentionne M. Cardinal. En tout, la construction de 11 668 immeubles locatifs a été amorcée entre janvier et juin, un bond de 27 %, nous apprend l’APCHQ, soit la moitié de tous les chantiers.

C’est un constat similaire qu’on peut observer à Granby, alors que les habitations locatives comptent pour plus de la moitié des quelque 207 chantiers amorcés dans la première partie de 2019. En effet, la construction de 115 logements locatifs a été entreprise, ce qui représente une hausse de 72 % par rapport à l’an dernier. On compte également la mise en chantier de 68 propriétés unifamiliales et de 24 copropriétés, des types de demeures dont la construction a diminué respectivement de 3 % et de 61 %.

Cela démontre que les propriétés sont moins accessibles qu’avant, croit M. Cardinal, étant donné la hausse du prix des maisons. Qui plus est, ces nouveaux immeubles viennent répondre à la demande et contrer la pénurie de logements locatifs puisque le taux d’inoccupation des logements dans la grande région de Granby était de 1,8 % en octobre 2018.

Globalement, les mises en chantier ont crû de 4 % par rapport à la même période, l’an dernier, dans la Ville du Zoo, ce qui est légèrement en dessous de la moyenne montérégienne, dont les mises en chantier sont en augmentation de 7 %, avec la construction de 5662 habitations.

Une croissance que l’APCHQ attribue surtout à l’augmentation de 44 % de la construction d’immeubles en copropriété, un phénomène inverse de ce qui s’observe ailleurs au Québec alors que les chantiers de condominium ont reculé de 7 % à l’échelle provinciale. Or, 862 des 1286 copropriétés en construction dans la région l’ont été à Brossard, à proximité des deux stations du futur Réseau express métropolitain (REM), précise M. Cardinal.

Moins de demandes de permis

Néanmoins, on remarque une diminution marquée du nombre de permis de construction octroyés dans la région. Dans la Haute-Yamaska, 308 permis ont été émis entre janvier et juillet dernier, une baisse de 43 % ; dans Brome-Missisquoi, 469 permis ont été obtenus comparativement à 635 à pareille date l’an dernier, soit 26 % de moins.

Il ne faut toutefois pas conclure hâtivement à un ralentissement des activités dans ce secteur, met en garde M. Cardinal. « Les mises en chantier et les permis de construction ne donnent pas toujours la même tendance, car ils ne reflètent pas exactement la même chose, explique-t-il. Les permis sont comptabilisés lorsqu’une municipalité émet un permis autorisant la construction, tandis que la mise en chantier correspond au moment où la fondation est coulée. Le synchronisme entre les deux n’est donc pas parfait. »

En tout, les permis de rénovation octroyés d’un bout à l’autre de la Montérégie totalisent 207 millions de dollars pour la première moitié de l’année. Uniquement à Granby, ces permis ont ramené 10,5 millions de dollars dans les coffres de la Ville.