Sylvain Larocque a offert un spectacle d’humour au profit de la Fondation Pierre Breton, samedi soir, au Verbe Divin.

Plus de 10 000 $ pour la Fondation Pierre Breton

Le spectacle d’humour offert par Sylvain Larocque, samedi soir, a permis d’amasser 10 300 $ pour la Fondation Pierre Breton, qui vise à encourager la distribution de collations santé ou de déjeuners dans les écoles primaires de la circonscription de Shefford.

Le spectacle a fait salle comble avec plus de 250 spectateurs. « Un grand succès en fait! », se réjouit Pierre Breton au sujet de ce spectacle-bénéfice organisé par la Fondation pour une deuxième année.

La soirée a également été un prétexte aux retrouvailles. L’humoriste et le député ont en effet étudié ensemble à l’école secondaire du Verbe Divin entre 1979 et 1984. « Sylvain est un bon humoriste, c’est un gars intelligent », souligne M. Breton.

La cause touche les gens, désigne M. Breton pour expliquer la popularité du spectacle et la forte demande pour obtenir des billets même après qu’ils aient été tous écoulés.

« Cette année, les ventes ont tellement bien été qu’on aurait probablement été capable de faire deux représentations. Cela nous amène à faire deux représentations l’an prochain », annonce le député.

Le groupe Tocadéo a déjà accepté d’offrir deux soirées de prestations, les 23 et 23 mars 2019 pour l’occasion.

L’aide se poursuit
« On voit que ça répond vraiment à un besoin et que les gens embarquent dans la cause. Qui en bénéficie en fin de compte? Ce sont les enfants de la circonscription de Shefford. »

En janvier, la fondation faisait ses premiers heureux. Quatre écoles se sont partagé 3350 $ pour offrir des collations ou des déjeuners aux enfants dans le besoin pour les aider à être plus concentrés en classe et que tous aient une chance égale de réussir.

« L’école n’est pas choisie au hasard, elle est choisie selon l’indice de défavorisation, explique Serge Bouchard, président de la fondation, à La Voix de l’Est. Ce sont des écoles dont l’indice de défavorisation est de 8 ou 9. Dans le comté de Shefford, il y en a à peu près 14. »

La remise de fonds aux écoles en question se fera tranquillement puisque M. Bouchard doit rencontrer chacun des directeurs d’école pour évaluer les besoins et l’ouverture de l’établissement à un tel coup de pouce.

« J’ai une très belle réception, assure-t-il. On sent qu’il y a un besoin. Nous sommes une solution additionnelle, une valeur ajoutée pour eux. Ils m’expliquent un peu comment ça marche dans leur école, où sont les besoins, on essaie de les quantifier. On essaie de faire un programme que je soumets ensuite à mon conseil d’administration. »

Il rencontrera d’ailleurs deux directeurs cette semaine et un troisième la semaine suivante.