Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Près de deux tiers de toutes les espèces recensées dans la biodiversité québécoise, dont le papillon monarque, se retrouvent dans la grande région du sud du Québec.
Près de deux tiers de toutes les espèces recensées dans la biodiversité québécoise, dont le papillon monarque, se retrouvent dans la grande région du sud du Québec.

Plus de 1 M$ pour protéger la biodiversité dans les montagnes Vertes

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le Canada investit 1,07 million de dollars sur quatre ans pour la préservation des espèces en péril de la région des montagnes Vertes du Nord. L’organisme Corridor appalachien a mis sur pied un groupe de travail composé de sept autres organismes environnementaux pour tirer le maximum de cet investissement.

« La région des montagnes Vertes du Nord supporte une grande biodiversité et abrite 42 espèces en péril, dont le papillon monarque. La conservation de ce milieu permet d’assurer la survie de ces espèces et de lutter contre les changements climatiques. Le travail de terrain effectué par Corridor appalachien et ses partenaires est essentiel. C’est en collaborant avec les collectivités locales que nous pourrons réaliser l’objectif du Canada, à savoir protéger un quart de nos terres et un quart de nos océans d’ici 2025 », souligne la députée de Brome-Missisquoi, Lyne Bessette.

Le Réseau de milieux naturels protégés, le Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière Saint-François, l’Organisme de bassin versant de la Yamaska, la Fondation SETHY, QuébecOiseaux, Conservation de la Nature Canada et le Zoo de Granby joindront leurs forces à celles de Corridor appalachien pour augmenter les retombées positives de l’investissement octroyé sur les espèces en péril.

« Au cœur de toute cette programmation, on retrouve une collaboration unique, explique la directrice intendance et partenariat chez Corridor appalachien, Martine Ruel. Tous les organismes impliqués sont animés par une vision commune et une volonté implacable de faire ce qu’il y a de mieux pour conserver la beauté et la santé du précieux environnement qui nous entoure. En unifiant nos forces et notre engagement, nous serons en meilleure position pour générer des retombées positives sur la biodiversité et les collectivités. »

On voit ici une carte du corridor naturel des montagnes Vertes qui précise les terrains protégés des deux côtés de la frontière.

Cinq thématiques

Les organismes impliqués concentreront leurs efforts sur cinq thématiques : l’augmentation de la collaboration entre les partenaires pour dynamiser le partage de pratiques innovantes en matière de conservation ; la réalisation de suivis concertés relatifs à certaines espèces menacées ou en péril ; la protection de milieux naturels déterminants pour les enjeux de conservation ; l’accompagnement du milieu municipal pour la prise en compte des corridors écologiques afin de favoriser la connectivité et l’adaptation aux changements climatiques ; et la tenue de diverses activités d’éducation et de sensibilisation démontrant l’importance de la conservation des milieux naturels comme solution d’adaptation aux changements climatiques.

Le Zoo de Granby est surtout reconnu comme un acteur important dans la protection des espèces exotiques, comme l’éléphant et le gorille au Cameroun, mais ses biologistes poursuivent également plusieurs projets au Québec sur les tortues, les chauves-souris ou les oiseaux insectivores aériens, précise le directeur de la conservation et recherche au Zoo de Granby, Patrick Paré. « Par cette initiative de conservation dans les Montagnes Vertes du Nord, il est extrêmement stimulant de travailler à la préservation des espèces menacées avec Corridor appalachien, à travers des projets où on sent vraiment l’appréciation de la population », ajoute-t-il.

Deux tiers des espèces de la biodiversité québécoise

Près de la frontière canado-américaine, l’aire naturelle des montagnes Vertes du Nord se distingue par ses grandes superficies forestières et une concentration de lacs inégalée ailleurs dans les Appalaches où on retrouve de nombreux milieux humides.

Près de deux tiers de toutes les espèces recensées dans la biodiversité québécoise se retrouvent dans la grande région du sud du Québec.

Les principales menaces qui pèsent sur l’habitat essentiel des espèces concernées dans l’aire naturelle des montagnes Vertes du Nord sont la destruction, la fragmentation et la dégradation des milieux naturels, l’expansion des activités récréatives, l’agrandissement du réseau routier, la surexploitation des ressources, la présence accrue d’espèces exotiques envahissantes et de certaines espèces indigènes problématiques, la présence d’activités agricoles et les changements climatiques.