François Bonnardel promet plus d’argent dans le porte-feuilles des familles.

Plus d’argent pour les familles, promet Bonnardel

La campagne électorale entre dans sa dernière ligne droite et François Bonnardel revient sur les engagements de la CAQ pour les familles, un dossier qui lui tient à cœur.

« Depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir, et là je prends la période de M. Couillard, [ils] ont taxé plus. Ils sont allés chercher 1300 à 1400 $ dans les poches des contribuables, a-t-il martelé en point de presse, mardi. Et ce fut les nananes à un an de l’élection où on a remis à peu près le même montant d’argent en baisse d’impôt. Au-delà de ça, les Granbyens ne sont pas dupes, ils voient bien que ce retour à l’équilibre budgétaire s’est fait en grande partie sur le dos des contribuables. »

M. Bonnardel s’engage à ramener le tarif unique de 8,05 $ pour la garderie si la CAQ est élue. Ce tarif est actuellement modulable selon le salaire des ménages. Le tarif le plus bas est de 8,05 $ par jour par enfant, mais il peut grimper jusqu’à plus de 20 $ par jour et par enfant.

Il assure que cette mesure ne priverait pas le gouvernement de revenus. « Cinq à six pour cent de la population gagne au-dessus de 100 000 $ et paie entre 35 et 40 % de tous les impôts au Québec. Ils paient déjà énormément leur part. Pour nous, c’est une façon équitable de dire aux familles que, peu importe leur salaire, elles vont avoir un taux unique qui va augmenter à l’inflation. »

Éliminer les disparités

Si un gouvernement caquiste est élu le 1er octobre, la taxe scolaire sera également revue. Cette taxe varie d’une région à l’autre. La Coalition avenir Québec veut ainsi imposer un taux unique de 10 cents du 100 $ d’évaluation. La taxe scolaire à Granby est actuellement de 17 cents du 100 $ d’évaluation. 

Le nouveau taux unifié signifierait une baisse de 127 $ sur le compte de taxes d’une maison de 200 000 $, de 200 $ pour une résidence de 300 000 $ et de 273 $ pour une demeure de 400 000 $, démontre M. Bonnardel en point de presse.

La CAQ veut ainsi mettre fin à l’iniquité entre les régions.

François Bonnardel ajoute par ailleurs qu’une allocation familiale de 2400 $ par enfant sera remise aux parents. Ces sommes seront distribuées graduellement dans le mandat.

Aidants naturels

« On n’a pas oublié non plus les aidants naturels. C’est un crédit d’impôt de 1176 $ qui n’avait pas été touché depuis un certain temps. Combien de fois je me suis fait dire qu’on ne pensait pas aux proches aidants ? Ce montant, on va l’amener à 2500 $, promet le candidat dans Granby. C’est quand même un peu plus du double, un montant important pour aider ceux qui supportent un membre de la famille dans le besoin. »

Le candidat caquiste pense également aux familles qui ont un enfant lourdement handicapé et pour qui l’aide gouvernementale s’arrête à ses 21 ans.

« Malheureusement, les familles d’accueil reçoivent beaucoup plus de sous pour ces enfants lourdement handicapés que les familles elles-mêmes. On veut bonifier le programme d’aide financière de 22 M $ pour dire à ces familles [naturelles] qu’on ne les oublie pas. »

1,7 milliard pour les Québécois

« C’est 1,7 G $ qu’on va remettre sur une période de cinq ans dans les poches des contribuables, des familles du Québec, affirme M. Bonnardel. Les Québécois ont fait les frais de l’équilibre budgétaire. On est capable de baisser les taxes tout en assurant les services. Il y a encore du gaspillage dans notre appareil gouvernemental. L’État est encore glouton, on est capables d’aller chercher plus d’argent en faisant des améliorations. »

Il soutient que son parti est le seul à vouloir conserver les surplus budgétaires de 8,6 G $ envisagés par la vérificatrice générale dans son rapport préélectoral. Selon M. Bonnardel, ses principaux opposants veulent aller piger dans ce surplus.

« Nous sommes les seuls, au cas où il y aurait une récession dans les prochaines années, à nous assurer d’avoir les surplus nécessaires pour être capables de passer au travers », conclut-il.