L’animateur-télé et journaliste Yvan Martineau, fervent cycliste, a lancé mercredi le mois du vélo à Bromont aux côtés du maire, Louis Villeneuve.

Pleins feux sur le vélo à Bromont

La municipalité de Bromont se positionne depuis des années comme la mecque des cyclistes. L’occasion est idéale pour le démontrer tout au long de mai, mois du vélo au Québec. Tout le monde, du citoyen au commerçant, est ainsi convié à enfourcher leur monture pour sillonner routes et sentiers à leur rythme. Et pour les plus gourmands, une panoplie d’activités est au menu.

Dès qu’il est question de vélo au Québec, le nom de l’animateur-télé, journaliste et conférencier Yvan Martineau vient tout de suite à l’esprit. À peine installé à Bromont depuis trois mois, l’ex-Montréalais ne tarit pas d’éloges pour sa ville d’accueil. « Ici, vous avez un réseau de sentiers partout. Tout ce qu’on découvre, c’est une jouissance sensorielle. [...] Bromont, bravo pour votre ADN qui s’inspire de la nature et de l’activité physique », a-t-il lancé d’entrée de jeu en point de presse au Centre national de cyclisme, mercredi.

Yvan Martineau souhaite évidemment que cet ADN devienne contagieux à travers toute la population. « L’objectif, c’est que Bromont soit reconnue comme la ville vélo au mois de mai au Québec », a-t-il fait valoir. La Ville invite donc les commerçants à suivre ses traces en relevant le défi de convaincre le plus de gens possible à enfourcher leur bécane pour faire au moins 10 minutes de vélo au cours du mois de mai. « Quand on pense aux entreprises, c’est une belle activité de motivation à faire avec les employés », a suggéré l’animateur. On peut s’inscrire à cette compétition amicale via le site moisduvelo.quebec.

La population est également invitée à faire parvenir des « égoportraits » ou des photos des plus beaux endroits où rouler à Bromont. Un album sera mis en ligne sur la page Facebook de la municipalité. Les clichés, ainsi qu’un descriptif du lieu et de la personne qui s’est retrouvée devant la lentille, doivent être acheminés par courriel à communication@bromont.com

« Bromont est définitivement une ville vélo. C’est vraiment stimulant de voir la municipalité se développer autour d’un thème aussi porteur », a mentionné en entrevue le maire Louis Villeneuve. « Je pense qu’on peut être la capitale du vélo au Canada », a pour sa part affirmé la directrice du développement touristique, Marie Allaire.

Le gestionnaire du projet de vélodrome couvert, Maxime Gagnon, président de Planigram.

Des activités au cube

Bromont sera pour le moins effervescente en terme d’activités de vélo au cours des semaines à venir. Dès le 2 mai, près de 300 cyclistes sont attendus au vélodrome du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) dans le cadre du lancement officiel du nouveau club CNCB-BOLT, regroupant les disciplines du vélo de montagne, du BMX et de la route. Suivra le 4 mai le Contre-la-montre Thule de Granby, au cours duquel plus de 400 cyclistes s’élanceront sur 19 km.

Puis, le 8 mai, le club Estricycle amorcera sa saison. Le 15 mai, les gens sont invités à participer au Tour du silence, en mémoire des cyclistes décédés. L’initiative se veut une occasion de sensibilisation au partage de la route. Le départ aura lieu au CNCB. Le 18 mai, la première course de descente de la saison dans la série B-Maaxx aura lieu à Bromont, montagne d’expériences.

Le 21 mai, la très populaire initiative « Je me déplace à l’école ou au boulot à vélo » sera de retour. Plus de 500 jeunes y ont participé l’an dernier. Cette fois, les élèves des deux écoles primaires seront regroupés dans neuf stations où des guides les attendront pour les mener à bon port. La population est invitée à emboîter le pas en se déplaçant à vélo, tant pour aller au travail que pour faire des emplettes.

Le 23 mai, le Rendez-vous sportif du maire proposera à nouveau, outre le golf et la randonnée pédestre, un volet de vélo sur route et de montagne. Le 25 mai, les amateurs BMX seront servis dans le cadre du Pumptrack challenge à Waterloo. Et le lendemain, des centaines de cyclistes sillonneront Bromont, alors que le Grand Défi de Granby battra son plein sur un parcours de 45 km.

On le sait, la ligne d’arrivée du projet de vélodrome couvert se profile. Une étape vient d’être franchie avec l’embauche du gestionnaire de projet. Une vingtaine d’entreprises ont soumis leur candidature et sept d’entre elles ont été retenues pour des entrevues. Les dirigeants du CNCB ont choisi Maxime Gagnon, président de Planigram, pour accomplir cette tâche cruciale. « Ça nous a pris près de quatre ans pour amener le projet où il est. Maintenant, j’ai une relève pour aller plus en profondeur dans la planification qui mènera à la construction », a indiqué le directeur général du CNCB, Nicolas Legault. L’appel d’offres pour la firme d’architecture sera lancé au cours des semaines à venir.