L’œuvre Le défi du plastique est exposée dans l’atrium du Carrefour de la coopération­ Desjardins.

Plastique pop art

Les oh ! et les ah ! étaient nombreux, mardi matin, parmi les visiteurs du Carrefour de la coopération Desjardins. Les yeux au ciel, ils découvraient la nouvelle œuvre collective de l’Atelier 19, intitulée Le défi du plastique. Ce dévoilement mettait la table aux activités locales de l’événement Cultivez le Jour de la Terre.

Suspendus très haut dans l’atrium central de l’édifice et baignés de lumière naturelle, les quatre mobiles géants évoquent les fonds marins, avec méduses, plantes aquatiques et poissons multicolores en abondance. Tous faits à partir de bouteilles de plastique récupérées.

Car Le défi du plastique — la quatrième œuvre réalisée par l’Atelier 19 en collaboration avec la Caisse Desjardins de Granby—Haute-Yamaska — se veut un objet de sensibilisation face à la pollution des océans par le plastique.

Parce que le propre de l’art communautaire est d’être à l’écoute des préoccupations de la communauté, la directrice de l’Atelier 19, Francine Charland, a eu l’idée de cibler la bouteille de plastique « que plein de gens jettent et ne recyclent pas ».

« On a choisi ce matériau à cause de sa problématique. On veut que ça suscite une réflexion », a-t-elle affirmé, en suggérant qu’il n’était pas impossible qu’en 2050, il y ait « plus de plastique que de poissons » dans les océans.

Pour lutter contre cette forme de pollution, Mme Charland et ses collaborateurs ont d’ailleurs rappelé aux gens d’éviter les objets de plastique à usage unique (pailles, ustensiles, sacs et bouteilles) ou du moins de les recycler lorsque leur utilisation était inévitable.

Le préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, a tenu à ramener ce problème mondial à une échelle plus régionale.

« Comme on est à des centaines de kilomètres des océans, ça peut être facile de se dire que leur pollution ne nous concerne pas. Pourtant, lorsqu’on jette un objet de plastique, on pollue. La solution pour diminuer la quantité de matières envoyées au lieu d’enfouissement en Haute-Yamaska passe par la sensibilisation et l’éducation », croit-il.

Collectif
L’élaboration de la sculpture n’est pas l’œuvre d’une seule personne. En plus de 30 membres créateurs de l’Atelier 19, de nombreux artistes s’y sont penchés : des élèves de l’école secondaire L’Envolée, des participants au Carrefour Jeunesse Emploi et même des employés de Desjardins.

Le défi du plastique sera exposée au Carrefour de la coopération jusqu’au 28 octobre prochain. Comme chaque année, l’œuvre devrait ensuite profiter d’une seconde vie. Le futur centre aquatique de Granby, le Zoo, le Biodôme de Montréal et l’aquarium de Québec ont tous été évoqués comme de potentiels sites d’accueil. Et une partie ornera assurément l’école L’Envolée.

Autres activités
L’événement Cultivez le Jour de la Terre se déroulera du 10 avril au 17 mai à Granby. Outre l’œuvre collective, il sera possible de visiter l’exposition Art Récup au parc Miner entre le 19 avril et le 17 mai, et de participer à des classes vertes sous le chapiteau les 26 avril, 3, 10 et 17 mai.

Le Jour de la Terre, lui, sera célébré le 21 avril de 11 h à 16 h, toujours au parc Miner.

Tous les détails sont disponibles à l’adresse suivante : atelier19.org/cultivez-le-jour-de-la-terre-2018