Un accès sécuritaire sera aménagé pour relier le quartier des Braves au parc déjà existant sur la rue Principale Est.

Plaidoyer pour un parc: une demi-victoire pour des citoyens de Farnham

L’instigateur d’une pétition qui réclamait l’aménagement d’un parc dans le quartier des Braves à Farnham a réussi à faire bouger la Ville de Farnham, du moins en partie. La municipalité ira de l’avant en offrant un accès sécuritaire à un parc existant, le temps d’analyser la possibilité d’en aménager un dans le secteur résidentiel souhaité.

«Je croyais qu’ils allaient être en faveur d’un parc devant chez moi», avoue Kévin Boissonneau, le père de famille derrière la pétition. Rappelons qu’il l’a lancée lorsqu’il a appris que le parc qui devait être aménagé devant sa résidence de la rue Pelletier — tel que prévu dans les plans lorsqu’il a acheté sa propriété — ne verrait peut-être plus le jour.

Les enfants du quartier doivent donc se rendre dans un autre parc de la ville situé sur le même site que le centre des loisirs. Ils doivent emprunter la rue Principale Est, jugée dangereuse par le citoyen, pour s’y rendre. M. Boissonneau réclamait au minimum l’aménagement d’un accès sécuritaire au parc, une demande qui a obtenu le feu vert des élus, lundi soir, à la séance du conseil municipal.

Des travaux seront réalisés au printemps, dès que les conditions climatiques le permettront, pour relier le quartier des Braves au parc existant. «C’est sûr que c’est mieux que rien. On peut dire que c’est une demi-victoire», estime M. Boissonneau.

Des modules de jeux destinés aux jeunes enfants jusqu’à l’âge de six ans seront d’ailleurs ajoutés.

L’objectif principal, réitère le citoyen, est d’avoir accès à un parc qui serait aménagé face à sa propriété. M. Boissonneau dit faire confiance au maire, Patrick Melchior. «On va voir ce qu’il va faire», poursuit-il.

Le maire lui a d’ailleurs affirmé que les élus se rendront au printemps sur le site visé pour l’aménagement d’un parc, afin d’étoffer leur réflexion.