Le projet de construction d'un nouveau CHSLD à Granby devrait passer de 96 lits à 198 et se concrétiserait d'ici 2019, a appris La Voix de l'Est

Places en CHSLD: Granby au détriment de Waterloo

Le projet de construction d'un nouveau CHSLD à Granby devrait passer de 96 lits à 198 et se concrétiserait d'ici 2019, a appris La Voix de l'Est. La bonification du nombre de places du centre d'hébergement engendrerait la fermeture du CHSLD public Horace-Boivin de Waterloo. Tant les employés que les résidents de l'endroit seraient transférés dans d'autres établissements de la région.
La fermeture du CHSLD Horace-Boivin de Waterloo, devenu trop vétuste, est envisagée d'ici 2019.
Ces initiatives découlent d'une analyse des besoins en matière de soins de santé amorcée en février par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie sur son territoire. « En Haute-Yamaska, on devait augmenter le nombre de places [en centre d'hébergement]. On a donc fait une évaluation plus précise des besoins de la population en grande perte d'autonomie et de notre capacité d'accueil. Deux endroits se sont avérés ne plus répondre aux besoins, soit le Centre Leclerc (à même l'hôpital de Granby) et le CHSLD public de Waterloo, qui est arrivé à sa fin de vie utile. [...] », a indiqué en entrevue Carol Fillion, directeur général adjoint aux programmes sociaux, réadaptation et partenariat au CIUSSS de l'Estrie.
En fait, le centre d'hébergement Horace-Boivin compte 41 lits. Les résidents seraient redirigés en partie vers le CHSLD Santé Courville, situé juste en face, qui dispose désormais de 44 lits « en partenariat » avec le réseau public. La priorité sera donnée aux gens originaires de Waterloo, a précisé Sylvie Moreau, directrice du programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées au CIUSSS de l'Estrie. Les autres seraient transférés dans le nouvel établissement qui sera construit à Granby. Or, notons que le projet global de réorganisation des services a été déposé par le CIUSSS auprès de Québec, mais n'a toutefois pas encore été formellement autorisé, a indiqué Julie White, attachée de presse du cabinet du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. 
Comme l'avait également dévoilé en primeur La Voix de l'Est il y a quelques jours, le CHSLD Santé Courville a évité in extremis la fermeture de son aile privée en bouclant une entente de cinq ans avec le CIUSSS. Le centre d'hébergement compte 55 lits, dont 31 sont répartis dans une section « non conventionnée ». 
Selon M. Fillion, la réorganisation globale des services en Haute-Yamaska « se fera sans perte d'emploi ». « On a environ deux ans pour discuter avec notre partenaire syndical et nos employés, a-t-il dit. On verra comment le tout pourra s'arrimer. »
Même formule
À l'origine, le projet de CHSLD à Granby consistait à transférer 64 lits du Centre Leclerc. On parlait donc d'un ajout global de
32 places. Or, ce nouvel établissement ne répondait pas à l'ensemble des besoins de la région. Le projet bonifié comblerait cette lacune. « Le RLS [réseau local de services] de la Haute-Yamaska est en déficit. On a pour l'instant un ratio de 1,9 lit par 100 personnes, a précisé M. Fillion, la cible étant de 2,5 pour tout le territoire. On manque environ 50 à 55 lits pour arriver à la moyenne de l'Estrie afin de répondre aux besoins des personnes âgées en perte d'autonomie. [...] Le Ministère nous appuie dans la construction d'un CHSLD de 198 places. C'est une opportunité pour la Haute-Yamaska. Des [édifices] de cette ampleur, à ce moment-ci de l'histoire du Québec, c'est vraiment une très bonne nouvelle. » 
Aucun budget n'est sur la table pour le moment pour la construction du nouveau CHSLD. Selon le CIUSSS de l'Estrie, l'approche préconisée initialement dans le cadre d'un lancement d'appel d'offres au privé sera maintenue. « Normalement, on indique aux éventuels soumissionnaires de quoi a l'air la piste d'atterrissage. On s'est rendu compte qu'en allant en appel d'offres [sans donner de budget], on arrive à une construction de qualité, mais à un prix moindre », avait mentionné le ministre de la Santé, Gaétan Barrette en entrevue à La Voix de l'Est. La même formule sera appliquée pour le choix de l'emplacement du nouveau centre d'hébergement, qui doit être érigé « à proximité du centre-ville ». Les promoteurs qui souhaitent obtenir le contrat devront donc identifier un terrain propice à un tel bâtiment et faire une proposition conforme aux demandes du Ministère.