On voit ici une vue aérienne du site de la future place publique, en bordure de la rue Shefford.

Place publique à Bromont: un vaste remue-méninges s'amorce

Afin que son projet de place publique se cristallise, Bromont sonde actuellement les citoyens. En ce sens, l’imagination de la communauté sera mise à contribution lors d’un exercice de cocréation au Château-Bromont, le 21 avril. De ce brassage d’idées à grand déploiement émaneront deux maquettes, qui doivent être présentées aux citoyens le 21 juin. Si tout se déroule comme prévu, l’option retenue devrait se concrétiser en 2019.

C’est avec enthousiasme que le maire de Bromont, Louis Villeneuve, aborde le projet de longue haleine. « Je souhaite que la place publique devienne une signature pour Bromont, un incontournable quand les gens viennent ici, a-t-il indiqué. Je voudrais surtout que ce soit un endroit rassembleur. On pourrait y voir des personnes âgées, des parents avec leurs enfants, des jeunes. J’espère que le projet aura l’effet de souder la communauté. »

Enthousiasme partagé par le conseiller du quartier Mont-Brome, Michel Bilodeau. « Ça fait des années que la population demande une place publique, a mentionné le responsable du développement commercial et urbain. C’est primordial de créer un effet wow ! D’ailleurs, on sent vraiment un engouement au sein de la communauté. [...] On s’apprête à bâtir quelque chose pour les 30 prochaines années. Alors, c’est important que les citoyens aient un fort sentiment d’appartenance et qu’ils participent en grand nombre à l’élaboration du projet. »

Avant de prendre le pouls des citoyens, Bromont a d’abord sondé une vingtaine de commerçants au début de 2018. Selon M. Bilodeau, plusieurs « idées constructives » ont émané de la rencontre. « Les gens d’affaires voient la place publique comme quelque chose de fédérateur. Certains ont parlé d’aménager une patinoire extérieure et plusieurs ont évoqué l’inclusion d’œuvres d’art sur le site », a-t-il cité comme exemples.

L’aménagement possible d’un marché public au cœur du Vieux-Village fait toutefois quelques remous. « Il y a une certaine crainte des commerçants à ce sujet, a concédé le représentant du district 3. Notamment en ce qui concerne une éventuelle compétition avec les marchands locaux. »

Créativité tous azimuts
Depuis quelques semaines déjà, des citoyens donnent leurs visions de l’ADN de la future agora. En date de lundi, la Ville avait recueilli 70 commentaires via le forum sur son site internet (bromont.net). Rappelons que l’espace public donnera entre autres accès aux infrastructures du campus Germain-Désourdy à partir de la rue Shefford.

L’exercice culminera le 21 avril, lors de la tenue de l’événement « Dessine-moi ta place publique ». « On reprend exactement le même concept qu’avec la refonte du plan d’urbanisme », a fait valoir Louis Villeneuve. Ainsi, les Bromontois pourront laisser libre cours à leur créativité. À ce jour, 64 personnes sont inscrites à l’activité de cocréation, a indiqué la directrice des communications de la municipalité, Catherine Page. « L’idée, c’est de partir d’une page blanche. On ne veut pas brimer les gens en leur mettant des balises », a mentionné le maire.

Les élus, de concert avec des représentants de l’organisme Rues principales, sélectionneront ensuite les idées émergeant du lot afin de concocter deux maquettes. Celles-ci seront présentées au public le 21 juin. Les citoyens pourront ainsi voter pour départager la meilleure des deux options.