Pierre Guindon, 77 ans, a lancé un projet de boutique en ligne pour Canards du Lac Brome, où il travaille à temps partiel.
Pierre Guindon, 77 ans, a lancé un projet de boutique en ligne pour Canards du Lac Brome, où il travaille à temps partiel.

Pierre Guindon: innover à 77 ans

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Pierre Guindon a parcouru le monde, obtenu un MBA de Harvard et fondé une agence manufacturière. Aujourd’hui, à 77 ans, il a mis en place un programme innovateur pour accroître et bonifier les services et les produits de Canards du Lac Brome, qui l’a embauché en 2018.

Employé à la boutique à temps partiel, Pierre Guindon trouvait qu’il manquait quelque chose. Ayant le flair des affaires et la fibre du vendeur, il a proposé au président de l’entreprise, Claude Trottier, un programme qui permettra de commander en ligne et de livrer des produits de Canards du Lac Brome partout au Canada.

Cette boutique virtuelle, qui devrait être disponible sur le site de l’entreprise à compter du 14 février, permettra à des gens de partout au pays de recevoir du canard surgelé du Lac-Brome sur le pas de leur porte dans des boîtes isolées.

Il y a une très grande demande pour le canard, de l’île Victoria à Terre-Neuve, fait-il remarquer. Le canard ne contient pas de salmonelle, son gras est bon, et plus il est vieux, mieux il est. Des caractéristiques qui ont contribué à sa popularité. Ainsi, comment faire pour répondre à la demande, pour que partout au pays, on puisse se procurer du canard de la région ?

M. Guindon a trouvé la solution : internet. Aux dires de certains, la vieillesse et la technologie ne font pas bon ménage. Mais rien n’arrête M. Guindon.

« En 1983, j’étais le premier à envoyer des commandes par internet dans l’industrie du meuble. J’avais un ordinateur portatif. Il était énorme et très lourd. Ça me fait pas peur, la technologie », lance le vendeur né.

Puis, M. Guindon s’est entouré d’une équipe de brillantes personnes qui veulent que ça marche et qui, ensemble, travaillent à faire fonctionner leur compagnie.

« J’ai pas fait ça seul. J’ai toujours dit qu’un être humain ne peut rien faire s’il n’y a pas quelqu’un de plus intelligent à côté », mentionne le retraité de 77 ans, qui a été agent manufacturier pendant de nombreuses années dans les industries du meuble, du papier, des lunettes, des jouets, etc.

Un projet pour la boutique située sur le chemin du Centre à Knowlton est donc en cours, initié par ce retraité qui a gardé son cœur jeune, son esprit vif et son corps en santé.

Même que, dit-il, depuis qu’il travaille pour Canards du Lac Brome, on le « paye pour être dans un spa. Je me promène constamment dans différentes températures. Je n’ai pas engraissé, je n’ai pas maigri. Je pète le feu. J’aime ça ».

« Là n’est pas la vie »

Pierre Guindon a pris sa retraite en 2006. Il a vendu sa société à sa fille, a voyagé et s’est remarié.

« En 2018, j’étais assis dans le salon chez moi un après-midi du mois d’août et ma femme m’a dit : “Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu as tellement de capacités, pourquoi tu ne vas pas vendre ?” »

Alors, M. Guindon s’est levé, a mis son habit bleu, sa chemise blanche et il est parti.

« Je me suis présenté à une trentaine de magasins dans la région. Quand je suis entré à la boutique de Canards du Lac Brome, on a regardé 20 secondes mon CV et on m’a dit : “Quand est-ce que tu veux commencer ?” »

Depuis, M. Guindon en a non seulement appris sur le canard et prépare de délicieux magrets, mais il voit des gens, il « fait le fou » avec les clients. Il aime le monde.

« Les gens qui sont retraités meurent très vite, dit M. Guindon. Ils pensent que rendus à 55 ans, ils vont aller en Floride et jouer au golf. Là n’est pas la vie. Un vieillard n’existe pas », dit celui qui a également été président du Club Lions de Knowlton pendant quatre ans.

« Comme dit Clint Eastwood, j’empêche le vieillard d’entrer dans mon corps. »

Fiables, ponctuels et sages

Chose certaine, cet homme ayant la vente dans le sang fait profiter Canards du Lac Brome de sa grande expérience, qui remonte à son enfance.

« Quand j’avais cinq ou six ans, j’allais vendre des choses à ma mère. Pour 1 cent, elle achetait des bobépines, des épingles à linge », raconte-t-il, le souvenir visiblement toujours vif dans son esprit.

M. Guindon a du temps pour se consacrer à la mise sur pied de la boutique en ligne. Il a une expérience de vie et de vente hors pair. Expérience que malgré toute bonne volonté, une personne de moins de 30 n’aura pas.

« Les gens de 55 ans et plus sont les gens les plus fiables, qui vont rentrer à l’heure, qui vont être fidèles à leur patron et qui vont se dévouer. Combien de fois on engage des jeunes qui s’en vont après quatre ou cinq mois ? Les jeunes retraités qui font des danses en ligne, ils s’assoient et attendent. Mais, levez-vous ! »

Cet homme qui a beaucoup vécu, et beaucoup à offrir, encourage les employeurs à ne pas rejeter de facto les curriculum vitae des personnes de 55 ans et plus, parce que, comme lui, elles ont des expertises, des qualités considérables et surtout, elles incarnent une solution concrète à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans la région.

« Qu’est-ce qui nous empêche de passer 20 h par semaine à l’extérieur de la maison ? Une personne peut appliquer chez IGA, partout. Ça la tient occupée, elle rencontre les gens. C’est ça la vie, ne pas vieillir. Trop de gens restent assis, vieillissent et meurent. Cherchez donc la sagesse, l’honnêteté. »