Le député sortant Pierre Breton assure avoir été proactif et à l'écoute des agriculteurs.

Pierre Breton assure avoir été «actif et à l’écoute» des agriculteurs

Après avoir été la cible de la bloquiste Andréanne Larouche, qui l’a critiqué cette semaine d’avoir «mis le genou» à terre et d’avoir échoué à défendre les agriculteurs dans Shefford, Pierre Breton se défend et assure avoir été «extrêmement actif et à leur écoute».

La candidate du Bloc québécois n’a pas épargné le député sortant Pierre Breton lors d’un point de presse tenu vendredi.

«J’étais là lorsque des agriculteurs sont allés manifester devant le bureau de Monsieur Breton [en octobre 2018]. Il y a peut-être une gorgée de lait [américain] qui a été crachée [par le député] et une phrase prononcée pour dire qu’il allait les défendre. Mais, force est de constater que ce n’est pas le cas. [...] En fait, Pierre Breton a mis le genou par terre», a-t-elle soutenu.

Pierre Breton avait été la cible de questions et d’attaques lors d’un premier face-à-face entre les candidats, le 11 septembre dernier, lors d’une soirée organisée par l’UPA à laquelle il avait participé. Les candidates Raymonde Plamondon, du Nouveau Parti démocratique, et Nathalie Clermont, du Parti conservateur du Canada, étaient également présentes. Andréanne Larouche avait participé brièvement à la rencontre.

«Elle [Andréanne Larouche] était où pour défendre les agriculteurs lors de la rencontre organisée par l’UPA ?, demande Pierre Breton. Elle a manqué un rendez-vous important et l’occasion de répondre à leurs questions.»

Disponible

Le député sortant estime avoir été à l’écoute des agriculteurs et de leurs organisations, et ce, durant les quatre années de son mandat. «Ces gens-là avaient mon numéro personnel. Ils pouvaient m’envoyer des textos, m’interpeller sur Messenger. On a aussi organisé des groupes de discussion sur les enjeux qui les touchent», a-t-il souligné.

«Ça ne sert à rien de crier au loup et de stresser les agriculteurs. Moi, je préfère être en mode solution et je pense que c’est une très bonne entente qu’on a signée avec les États-Unis», rajoute Pierre Breton. 

Ce dernier siégeait au Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire. «Mon rôle a été très actif, poursuit-il. On a entendu des agriculteurs de partout au pays pour protéger les intérêts de tous nos producteurs.»

Selon le député sortant, Shefford compte un millier de fermes, dont 120 sont dédiées à l’industrie laitière.