Philippe Jetten-Vigeant dit s’intéresser à la politique depuis l’adolescence, tout comme à l’environnement. «J’ai compris qu’un passe par l’autre», explique-t-il.

Philippe Jetten-Vigeant souhaite redynamiser les régions

Changement de candidat du côté de Québec solidaire dans la circonscription d’Iberville. Le parti mise désormais sur Philippe Jetten-Vigeant.

Il remplace Karl Lenz Gravenhorst, le candidat solidaire préalablement investi, qui a récemment dû se désister. « Une porte s’est ouverte pour moi et j’avais la motivation de me lancer [en politique] », explique le jeune homme de 22 ans, fraîchement diplômé en agroenvironnement de l’Université McGill.

Celui-ci dit s’intéresser à la politique depuis l’adolescence, tout comme à l’environnement. « J’ai compris que l’un passe par l’autre », explique-t-il.

Il a donc choisi de s’impliquer auprès de Québec solidaire (QS). Selon lui, les grandes idées de son parti s’adressent à tous les Québécois et rejoignent les résidents de sa circonscription. « Le Parti vert a des propositions intéressantes, mais il est difficile de faire élire un parti sur un seul enjeu. Québec solidaire s’articule autour de différents axes reliés à différents enjeux. C’est un parti qui s’intéresse aux vrais problèmes des gens », estime M. Jetten-Vigeant.

Évidemment, celui-ci s’intéresse beaucoup au côté agricole de sa circonscription. Plusieurs idées de QS pourraient, selon lui, répondre à des problématiques constatées sur le terrain.

« On veut s’adresser à la relève. C’est un secteur où l’âge des producteurs est en augmentation ; quand ils n’auront plus de relève, on va les perdre dans la concentration des fermes, prévoit le jeune candidat. On veut faciliter le transfert des fermes familiales en mettant en place des mesures d’allégement fiscal. Il en existe actuellement, mais le gouvernement en parle peu. »

D’ailleurs, son parti est en faveur d’un taux de taxe distinct pour les producteurs agricoles, mais souhaite aussi encourager des méthodes plus écologiques, notamment par des subventions pour l’écoconditionnalité. « Les consommateurs veulent une agriculture de qualité et de proximité », dit-il.

La santé et la qualité de l’eau de la rivière Yamaska l’interpellent aussi. « De savoir qu’elle est la rivière la plus polluée, c’est un titre peu enviable », déplore le candidat solidaire, qui souhaite augmenter le nombre d’inspections des bandes riveraines pour prévenir l’érosion et la pollution des cours d’eau tout en militant pour une utilisation réduite de pesticides.

Halte aux coupures de services
« Ce qui est assez problématique, c’est la menace constante de couper les services en région pour les rapatrier dans les grands centres », relève par ailleurs Philippe Jetten-Vigeant, citant à titre d’exemple le projet Optilab, qui centralise les analyses en laboratoire.

« Quand il y a des coupures, c’est souvent dans les services en région, pas dans les grandes villes, poursuit-il. Et ça complique le développement des municipalités dans ces régions, surtout parce que ça encourage l’exode des jeunes. Pour garder les régions dynamiques, il faut conserver les services. »

En ce sens, il faudrait bonifier l’offre de transport en commun dans la circonscription qui, comme ailleurs au Québec, dispose de peu d’options pour voyager d’une ville à l’autre. « Dans Iberville, on compte beaucoup de petites municipalités dont la population ne justifie pas l’implantation d’un service, remarque le candidat. On aimerait que les réseaux soient plus concertés, qu’ils puissent fusionner pour offrir un meilleur service interurbain et synchroniser les parcours pour que ce soit plus efficace. »

« On perd des jeunes au profit des villes parce qu’il n’y a pas d’alternative à l’automobile, renchérit-il, mais le transport en commun peut aussi bénéficier aux personnes âgées ou en perte d’autonomie. En fait, ça pourra bénéficier à tout le monde. »

Toujours dans l’optique de redynamiser les régions, un gouvernement solidaire redonnerait plus de pouvoir aux municipalités, fait savoir le candidat. QS compte revoir leur financement afin qu’elles soient moins dépendantes des impôts fonciers.

On pourra voir M. Jetten-Vigeant en campagne aux côtés d’autres candidats solidaires des circonscriptions voisines. Déjà, on a pu le voir dans Brome-Missisquoi avec son collègue Alexandre Legault. « J’aime prendre le pouls des autres circonscriptions, parce qu’il y a des enjeux similaires. À partir de ce qui se passe ailleurs, on peut trouver des solutions à des problèmes qu’on vit aussi ici. »

Quand on souligne que la région compte un grand nombre de jeunes candidats, Philippe Jetten-Vigeant sourit. Selon lui, cela est la preuve que les jeunes adultes ont un intérêt pour la chose publique. « Je ne pense pas que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique ; je dirais plus que les vieux partis ne les rejoignent pas, répond-il tout de go. C’est difficile d’incarner le changement avec des gens qui sont là depuis très longtemps. »

M. Jetten-Vigeant lancera officiellement sa campagne le 2 septembre prochain au parc Goyette, dans le secteur Iberville à Saint-Jean-sur-Richelieu. Une balade à vélo le long de la Montérégiade est prévue dès 13 h 45.