On voit ici, dans les locaux de Granby, des membres de l’équipe du centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska : Lucie Fréchette, Samia Plante, Lorraine Deschênes, Geneviève Lecours, Me Leilani Piette, Valérie Brodeur et Dre Marie-Pier Dubé (Dre Catherine Gagnon absente).

Pédiatrie sociale en Haute-Yamaska: deux points de service dévoilés

Après des mois à travailler sans relâche, l’équipe du centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska a inauguré officiellement vendredi ses deux points de service dans la région, à Granby puis à Waterloo.

« C’est une grande fierté de pouvoir ouvrir non pas un, mais deux points de service en même temps. C’est un travail de longue haleine qui est derrière nous. On amorce maintenant une aventure très motivante », a confié la présidente du conseil d’administration du centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska, Me Leilani Piette.

En fait, la mission de l’organisation est de permettre aux enfants de développer leur plein potentiel tout en respectant leurs droits. D’ailleurs, l’organisme à but non lucratif (OBNL) devrait obtenir au cours des mois à venir sa certification auprès de la fondation mise en place par le père de la pédiatrie sociale, le Dr Gilles Julien.

Un des points de service a été aménagé à Waterloo, dans le presbytère Saint-Bernardin, à proximité d’Espaces familles. Cette cohabitation des deux organismes permet d’offrir une panoplie de services connexes aux tout-petits, puis aux familles défavorisées, a souligné Me Piette. L’autre point de service est situé à Granby, au 442, rue Saint-Jean.

On voit ici un des bureaux du point de service de Waterloo.

Services

Le centre de pédiatrie sociale a accueilli ses premiers enfants il y a environ un mois. Or, le lancement officiel a dû être repoussé en raison de « contraintes administratives », a indiqué Me Piette. « Pour nous, c’était primordial de faire les choses correctement. » Parmi ces impératifs figurent les honoraires des deux médecins qui sont au cœur de l’équipe clinique du centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska. L’omnipraticienne Marie-Pier Dubé et la pédiatre Catherine Gagnon se partagent ainsi la tâche entre les deux points de service du territoire. La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) devrait assumer les honoraires de Dre Dubé. Un flou administratif persistait toutefois en octobre au sujet de la rémunération de la spécialiste. La majorité des autres coûts seront pris en charge par la Fondation du Dr Julien durant la première année. Le conseil d’administration de l’OBNL misera ensuite sur des dons et des collectes de fonds pour boucler le budget.

Le centre offre initialement des services d’évaluation et de suivi en pédiatrie sociale auprès des enfants et leurs proches. Il y aura au minimum deux jours de travail social par semaine et une demi-journée de médecine. L’équipe proposera ensuite des services juridiques et de médiation familiale. À cela se grefferont des séances de dépistage et de sensibilisation dans différentes sphères. « Au début janvier, la cadence devrait commencer à s’accentuer », a mentionné Me Piette. Notons que le ratio demandé par la Fondation est de cinq jours de travail social pour une journée de médecine.

Selon la présidente du conseil d’administration, des partenariats avec des organismes locaux sont envisagés, entre autres avec les cuisines collectives.