Le prix Francine-Ruest-Jutras a été remis à Pauline Quinlan qui, à ses débuts politiques, s'est grandement inspiré de celle à qui l'on doit le nom de la distinction.

Pauline Quinlan, lauréate émue du prix Francine-Ruest-Jutras

Pauline Quinlan s'est vu décerner le prix Francine-Ruest-Jutras, remis jeudi lors des Assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Une marque d'appréciation symbolique pour une femme qui, à ses débuts politiques, s'inspirait grandement de celle à qui l'on doit le nom de la distinction.
« Je suis très émue et très touchée par cette reconnaissance », confie la mairesse de Bromont, en entrevue avec La Voix de l'Est
Pour elle, cette récompense est plus qu'une marque de reconnaissance pour son travail en milieu politique municipal. Elle justifie toute l'admiration qu'elle avait, à ses débuts sur la scène politique, pour la mairesse de Drummondville de l'époque, Francine Ruest-Jutras. 
« Dans un temps où les gens se moquaient de Drummondville, elle a réussi à développer toute une structure de développement industriel, en plus du Mondial des Cultures, du Village québécois d'antan, et d'autres projets », dit-elle avec un intérêt marqué. 
« Elle a été mon modèle et mon inspiration, donc recevoir le prix qui porte son nom, c'est vraiment un symbole fort pour moi. »
Des femmes inspirantes
Le prix Francine-Ruest-Jutras est décerné chaque année depuis 2013 et vise à reconnaitre l'excellence et le leadership des femmes sur la scène politique municipale et dans la gouvernance locale. Selon la lauréate, « ça en prend, des femmes, pour nous inspirer et pour faire en sorte que plus de femmes s'impliquent ».
Le président de l'UMQ et maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, n'a pas tari d'éloges à l'endroit de la récipiendaire. 
« L'engagement de Pauline Quinlan depuis près de 20 ans pour améliorer la qualité de vie de ses concitoyennes et de ses concitoyens est admirable à bien des égards et méritait d'être souligné. Par les nombreux projets qu'elle a mis en oeuvre depuis son  arrivée sur la scène municipale, Mme Quinlan a contribué au dynamisme et à la vitalité économique de la communauté de Bromont et de l'ensemble de la Montérégie-Est », a-t-il affirmé.
Nombreuses réalisations
Longue était la liste des réalisations attribuées à Mme Quinlan lors de la remise du prix, mais selon elle, quelques-uns de ses projets ont contribué de façon plus importante à cette marque de reconnaissance. 
Notamment, elle a été l'instigatrice du projet « Bromont ville branchée », qui a remporté le prix Innovation municipal de l'UMQ en 2004, et qui a été un projet pilote pour le gouvernement du Québec. 
Elle est également fière de la construction de la bibliothèque municipale en 2006, de l'implantation du Centre de recherche en microélectronique de l'Université de Sherbrooke en 2012, et de l'adoption d'un plan de développement durable la même année, qui est à l'origine du système de collecte de matières compostables mis en place dans la municipalité depuis un an et demi. 
Bromont est d'ailleurs la première ville des MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi à mettre à la disposition de ses citoyens des bacs bruns, un exemple concret de contribution au développement durable de la communauté.