La Pâtisserie Gaudet a entrepris un redressement de ses opérations afin d’être en mesure d’atteindre ses objectifs de croissance.

Pâtisserie Gaudet: restructurer pour avancer

Après une mise en opération difficile et un sinistre majeur à sa nouvelle usine, une restructuration des opérations a été entreprise à la Pâtisserie Gaudet d’Acton Vale.

L’opération s’accompagnera d’un investissement de 2,4 millions de dollars de la part d’Investissement Québec et du ministère de l’Économie et de l’Innovation, a affirmé vendredi le directeur des ressources humaines de l’entreprise, Robin Deschênes.

Selon lui, la Pâtisserie Gaudet, qui doit composer avec une forte croissance de ses ventes, a éprouvé des difficultés au cours de la dernière année avec le rodage de sa deuxième usine, surnommée l’usine B et aménagée en 2017. Comble de malchance, les activités y sont au point mort depuis environ deux semaines, un dégât d’eau majeur y étant survenu après un bris des compresseurs situés sur le toit de l’usine.

La situation devrait revenir à la normale d’ici quelques semaines. Mais aucune date n’a encore été avancée, dit Robin Deschênes. Le dossier est entre les mains des assureurs. D’ici là, une partie de la soixantaine d’employés de l’usine B a été affectée à l’usine A, tandis que l’autre partie est assignée à différentes formations, précise le directeur des ressources humaines.

Un carnet bien rempli

Tout cela ne met toutefois pas en péril l’avenir de l’entreprise, assure Robin Deschênes. Au contraire, le carnet de commandes est très bien rempli. Une part grandissante de tartes et tartelettes produites à Acton Vale sont dégustées au sud de la frontière, si bien qu’environ 50 % des ventes sont désormais réalisées aux États-Unis.

Pour pallier la situation, la Pâtisserie Gaudet, présidée par Line Lamothe, a fait appel à une équipe externe « d’experts mécanos » pour optimiser les équipements et les opérations. Une équipe de gestion externe a aussi été mandatée pour accompagner les dirigeants de l’entreprise dans cette opération de restructuration.

« Ils vont travailler avec nous afin de revoir l’ensemble des opérations et repartir la machine comme il faut pour atteindre les objectifs visés. Pâtisserie Gaudet est là depuis 66 ans. Elle va encore être là l’année prochaine et dans cinq ans. [...] On est très confiants de ce qu’il va se passer », affirme le directeur des ressources humaines.

Croissance rapide

« Par transparence », M. Deschênes affirme que l’ensemble des quelque 160 employés de l’entreprise ont récemment été rencontrés afin de leur exposer la volonté de l’entreprise d’entreprendre 2019 sur des bases plus solides.

Il souligne que la Pâtisserie Gaudet a connu une croissance rapide au cours des trois dernières années, entre autres avec une présence plus marquée sur le marché américain.

« En trois ans, on a doublé les quarts de travail », dit Robin Deschênes. « Et l’année 2019 va être une belle année parce que le développement se poursuit », renchérit-il.

Selon lui, les tartelettes de Gaudet, en particulier, séduisent les consommateurs américains.

Si le recrutement de main-d’œuvre demeure difficile pour la Pâtisserie Gaudet, comme bien d’autres entreprises, M. Deschênes affirme que le personnel est demeuré stable au cours des derniers mois, même si les opérations n’ont pas été de tout repos.