Une pétition lancée par le citoyen Christian Labrecque contre la démolition de la passerelle des Pionniers de Farnham a été signée par plus de 800 personnes.
Une pétition lancée par le citoyen Christian Labrecque contre la démolition de la passerelle des Pionniers de Farnham a été signée par plus de 800 personnes.

Passerelle des pionniers à Farnham : Une pétition contre sa démolition

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Plus de 800 personnes se sont exprimées contre la démolition de la passerelle des Pionniers de Farnham en signant une pétition lancée par un citoyen, Christian Labrecque. De son côté, la Ville maintient sa position et consultera la population lorsqu’elle aura toutes les données en main.

Au cours des dernières semaines, un grand nombre de signataires se sont manifestés. La pétition a été officiellement remise aux élus municipaux, lundi, lors de la séance du conseil municipal. Celle-ci regroupait quelque 860 signatures sur «environ 4000 payeurs de taxes», indique M. Labrecque, l’instigateur de la pétition qui par ailleurs sollicitera un mandat à la mairie aux prochaines élections.

La Ville a dû fermer la passerelle des Pionniers en juin dernier à la suite d’une inspection réalisée par une firme en ingénierie qui révélait sa dangerosité. Et leur rapport est sans équivoque: la passerelle qui enjambe la rivière Yamaska doit être démolie.


« «On parle de plusieurs millions de dollars. Il y a des menaces que la passerelle s’écroule. Les piliers ne sont plus bons.» »
Yves Deslongchamps, directeur général de la Ville de Farnham

Or, l’instigateur de la pétition ne partage pas cet avis, pas plus que ceux qui l’ont signé. «Il faut la faire réparer, mais pour quelques milliers de dollars, il y aurait de quoi à faire», estime M. Labrecque, qui affirme ne pas être en accord avec les conclusions des experts.

La Ville a pourtant appris que seulement des réparations ne sont pas suffisantes. Afin de permettre sa réouverture, la passerelle doit d’abord être démolie avant d’être reconstruite. «C’est une opération très complexe. Il faut faire très attention au niveau de l’évaluation des coûts de mise aux normes, de démolition, de reconstruction. On parle de plusieurs millions de dollars, explique Yves Deslongchamps, directeur général de la Ville de Farnham. Il y a des menaces que la passerelle s’écroule. Les piliers ne sont plus bons.»

Avant d’aller de l’avant avec un quelconque projet, les élus municipaux ont fait savoir que la population sera consultée. «Avant d’engager des fonds publics, on va s’informer, avoir une idée plus précise des travaux et démarches à faire. Il faut faire une séance ou des séances d’information, de consultation publique. Quand on parle de millions de dollars, ne serait-ce qu’un million, il faut consulter la population», indique M. Deslongchamps.