L’équipe de Chez Ben on s’bour la bédaine a mis un projet en place pour permettre aux enfants de remettre leur lettre au père Noël, tout en respectant les mesures sanitaires.
L’équipe de Chez Ben on s’bour la bédaine a mis un projet en place pour permettre aux enfants de remettre leur lettre au père Noël, tout en respectant les mesures sanitaires.

Passer au service au volant pour remettre sa lettre au père Noël [VIDÉO]

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le copropriétaire de la cantine Chez Ben on s’bour la bédaine, Jimmy Dubé, souhaitait permettre à ses enfants de voir le père Noël. En vrai, pas juste en virtuel. Il ne se doutait pas que la magie de Noël allait transformer son souhait en un projet un peu fou, où tous les enfants pourront remettre leur lettre au légendaire personnage, par le biais d’un... service au volant.

C’est ce qu’ils pourront faire les 28 et 29 novembre prochains, de 10h à 18h, dans le stationnement de la populaire cantine de Granby. Petits et grands devront toutefois demeurer dans les voitures pour remettre leur missive au père Noël. Une ligne de service au volant, accessible à tous, pas juste aux clients, sera aménagée expressément à cette fin.

«Ça a commencé il y a une semaine ou deux. J’étais avec ma cousine Rosalie Dubé et on trouvait ça dommage, qu’à cause de la COVID, il n’y ait pas eu tant d’Halloween et qu’il n’y ait pas de parade de Noël. J’ai trois jeunes garçons et j’étais déçu pour eux qu’il n’y ait pas de vrai père Noël aux Galeries», explique Jimmy Dubé.

C’est à ce moment que le restaurateur a eu l’idée de s’inspirer du service au volant de son commerce pour permettre aux enfants d’avoir un contact - à distance - avec le barbu bedonnant et ses lutins. «Les enfants ne pourront pas s’asseoir sur ses genoux, mais ils pourront au moins le voir», dit-il.

Brin de Folie

Et le projet n’a pas tardé à prendre de l’ampleur lorsque Jimmy Dubé a demandé l’aide de ses amis.

Frédéric Laflamme de l’Agence Lion, qui participe habituellement au défilé de Noël à Granby, s’assurera que le père Noël et ses rennes soient au rendez-vous la fin de semaine prochaine.

Jimmy Dubé a aussi fait appel à Maxime Poulin du Café de la brûlerie à Granby afin qu’il lui donne un coup de main pour produire un vidéo amusante qui annoncerait la venue du père Noël à Granby.

«J’ai toujours aimé les vidéos qu’il fait pour son commerce. Je lui ai lâché un coup de fil. (...) On est allé à l’école ensemble et on s’est amusés comme quand on était jeunes en faisant la vidéo», lance-t-il.

Les associés et employés de Chez Ben on s’bour la bédaine n’ont pas hésité à entrer aussi dans le jeu.

Également père de trois enfants, Maxime Poulin a rapidement répondu à l’invitation de son ami. «Quand il m’a dit qu’il voulait amener le père Noël à Granby, ça a touché une corde sensible. Et c’est drôlement l’fun ces temps-ci d’avoir du plaisir», lance celui qui a d’ailleurs déjà travaillé à la cantine lorsqu’il était plus jeune.

«Granby, c’est une belle ville. Il faut la garder en vie», ajoute Maxime Poulin.


« Les temps sont difficiles pour un peu tout le monde. On a voulu faire une fin de semaine où les gens seraient juste contents. »
Le copropriétaire de la cantine Chez Ben on s’bour la bédaine, Jimmy Dubé

Mesure en place

Conscient que l’initiative pourrait être populaire, Jimmy Dubé dit avoir pris contact avec la Ville de Granby pour avoir un coup de pouce afin de s’assurer que la circulation demeure fluide dans le secteur de la cantine lors de ces deux journées.

L’entrepreneur n’entend d’ailleurs pas prendre à la légère les mesures sanitaires. Des lutins équipés de perches circuleront entre les voitures pour recevoir les lettres. Et les perches seront désinfectées entre chaque voiture, dit Jimmy Dubé.

Le père Noël répondra même aux messages dotées d’une adresse de retour, précise-t-il.

«Les temps sont difficiles pour un peu tout le monde. On a voulu faire une fin de semaine où les gens seraient juste contents. Tout le monde veut voir le père Noël. J’ai 33 ans et je veux aussi le voir. J’ai des affaires à lui demander et j’ai été sage cette année», conclut avec bonne humeur Jimmy Dubé.