Pascal Bonin a investi 32 654$ dans sa campagne, selon son rapport de dépenses électorales, dont La Voix de l'Est a obtenu copie.

Pascal Bonin met le paquet...

Les candidats aux élections du 3 novembre dernier avaient jusqu'à lundi 16h30 pour remettre leur rapport au trésorier et directeur des finances de la Ville, Jean-Pierre Renaud. Seul un candidat à la mairie, Carl Bouvier, qui a terminé bon dernier lors du suffrage avec 0,89% des votes, a omis de déposer ses documents.
Selon M. Renaud, les retardataires peuvent être passibles d'une amende de 50$ par jour. Mais l'imposition ou non d'une sanction revient au Directeur général des élections du Québec (DGEQ), précise-t-il.
La limite des dépenses pour les candidats à la mairie était de 25 292,67$. Mais ce plafond s'appliquait durant la période électorale, qui s'est étirée entre le 20 septembre et le 3 novembre. «Il n'y a pas de limites à l'extérieur de la période électorale», précise Jean-Pierre Renaud.
Plus modestes
Cela explique que les dépenses du candidat Bonin, en campagne dès le printemps 2013, aient excédé le montant limite. Dans le détail, son rapport fait toutefois état de dépenses de 25 405$ durant la période électorale, soit 113$ de plus que la limite permise. Le directeur des finances de la Ville affirme qu'il analysera le document de M. Bonin, comme il le fera avec les rapports de tous les candidats aux élections. Une équipe de vérification du DGEQ sera par la suite de passage à l'hôtel de ville pour tous les réviser. Le DGEQ décidera des suites à apporter, s'il y a lieu.
Tous les détails dans notre édition de samedi