Pascal Bonin maintient le suspense sur sa candidature en vue de la prochaine élection municipale, en novembre 2021. Il devrait annoncer sa décision d’ici la fin de l’année.
Pascal Bonin maintient le suspense sur sa candidature en vue de la prochaine élection municipale, en novembre 2021. Il devrait annoncer sa décision d’ici la fin de l’année.

Pascal Bonin maintient le suspense sur sa candidature en 2021

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Pascal Bonin a déjà décidé s’il sollicitera un nouveau mandat à la mairie de Granby lors de la prochaine élection municipale, en novembre 2021. Mais il n’est pas prêt à annoncer ses couleurs. Il prévoit faire connaître sa décision d’ici la fin de l’année.

«Ma décision est prise. Elle est ferme et sans équivoque», a laissé savoir Pascal Bonin tout en maintenant le suspense lundi soir, lors de la séance du conseil municipal.

Le maire répondait en fait à l’interrogation d’un citoyen, Jacques Parent. Celui-ci s’est enquis, lors de la période de questions, de ses intentions, alors qu’un parfum d’élections flotte déjà depuis plus de deux mois sur Granby.

L’ex-maire et promoteur, Michel Duchesneau, a en effet annoncé à la mi-juillet son intention de briguer la mairie en 2021.

Maire de Granby depuis 2013, Pascal Bonin affirme pour sa part que sa décision est prise, mais qu’il «n’est pas prêt à sortir immédiatement».

Questionné par les médias sur le moment où il dévoilerait ses intentions, il a d’abord avancé que ce serait dans les «prochains mois», avant d’ajouter que ce pourrait être «avant la fin de l’année». Il laissera savoir à cette occasion s’il met une croix sur la politique municipale ou si, au contraire, il sollicite un nouveau mandat.

Pascal Bonin dit avoir livré cette information par honnêteté avec le citoyen qui lui a posé la question. «Si ma décision n’avait pas été prise, je l’aurais mentionné. Mais elle est prise. Et elle ne changera pas, peu importe ce qu’il va arriver. Je veux juste être honnête», dit-il.

Le Granbyen Jacques Parent s’est enquis, lors de la période de questions, des intentions de Pascal Bonin, alors qu’un parfum d’élections flotte déjà depuis plus de deux mois sur Granby.

Celui qui a également été conseiller municipal de 2009 à 2013 n’a pas voulu préciser à quel moment il a arrêté sa réflexion. «Quand je vais sortir, vous allez tout comprendre», a-t-il simplement dit.

Avare de commentaires

Pascal Bonin s’est fait avare de commentaires à la fin de l’été lorsqu’il a été invité à commenter la candidature de Michel Duchesneau. Ce dernier a défrayé l’actualité à quelques reprises au cours des derniers mois, notamment pour des activités d’abattage d’arbres illégal réalisées dans le prolongement de la rue de Verchères, dans le cadre d’une nouvelle phase du développement des Jardins Quévillon.

«C’est ça la démocratie. Les gens ont le droit de déposer leur candidature. Ceci dit, je n’ai pas de commentaire. M. Duchesneau est un grand garçon et moi aussi. (...) On me paye pour diriger la municipalité jusqu’au mois de novembre 2021. Et c’est ce que je vais faire. Je ne suis pas payé pour faire une campagne électorale», a déclaré Pascal Bonin.

La présence de M. Duchesneau lors de la précédente séance du conseil municipal a d’ailleurs donné lieu à quelques échanges musclés avec le maire Bonin.

Ce dernier, qui s’est absenté durant quelques mois au cours de la dernière année pour soigner une dépression, avait déclaré en 2016 vouloir se limiter à deux mandats à la mairie. Mais il n’était plus aussi catégorique en août 2019. Il avait alors avancé qu’il pourrait briguer un troisième mandat.