Selon Pascal Bonin, Pierre Breton a joué un rôle déterminant pour l’octroi de subvention pour le centre aquatique. La première pelletée de terre a été donnée en 2017, en compagnie du conseiller municipal Stéphane Giard.

Pascal Bonin «ébranlé» par la défaite de Pierre Breton

Bien qu’il soit prêt à travailler avec la nouvelle députée de Shefford, le maire de Granby, Pascal Bonin, ne cache pas être « encore un peu ébranlé » du résultat des élections qui ont mené à la défaite du candidat libéral Pierre Breton qui a représenté les intérêts de la circonscription au cours des quatre dernières années.

« Il n’y a pas de logique politique dans ce choix-là. C’est un gars local. Il menait par 40 points, je pense, au début de la campagne électorale. D’un point de vue personnel, je suis un peu émotif. J’ai siégé longtemps avec lui [NDLR: Pierre Breton a été conseiller municipal avant d’être élu député]. Je le connais très bien. Et il n’a rien laissé sur la table. Il a tout donné. Ça nous rappelle la cruauté du métier », a laissé tomber mercredi Pascal Bonin, invité à commenter le résultat des élections.

Le maire estime que le vent a tourné dans la foulée des débats, qui ont permis au Bloc québécois et à son chef, Yves-François Blanchet de marquer des points. « Et c’est tout à l’honneur de M. Blanchet et de Mme Larouche (Andréanne, la nouvelle députée) », dit Pascal Bonin.

À LIRE AUSSI : Andréanne Larouche l’emporte dans Shefford


Ce dernier croit toutefois, à la lumière des résultats, que les électeurs de Shefford visaient surtout à envoyer un message au chef du Parti libéral et premier ministre réélu, Justin Trudeau. « Et Pierre a écopé », analyse-t-il.

Selon lui, « la barre est haute » pour celle qui succédera à Pierre Breton. Celui-ci a été « d’une présence remarquable au cours des quatre dernières années ».

Pascal Bonin assure que le député défait a joué un rôle déterminant dans l’obtention d’une subvention de quelque 10 millions $ du gouvernement fédéral pour le centre aquatique actuellement en construction. Le gouvernement provincial y est aussi allé d’une contribution équivalente.

Surpris 

Le maire de Granby affirme n’avoir encore jamais parlé à Andréanne Larouche. Si d’autres candidats sont allés à sa rencontre durant la campagne électorale, ce n’est pas le cas de la représentante du Bloc.

Pascal Bonin prévoit néanmoins entrer en contact sous peu avec la nouvelle députée. « Je vais lui présenter le cahier de subventions possibles pour la ville de Granby dès que son agenda va lui permettre de me rencontrer. Mais je ne sais pas si ça cadre avec ses priorités », glisse-t-il.

Car le maire ne cache pas avoir été surpris de la teneur des priorités évoquées par Mme Larouche, dans les pages de La Voix de L’Est mercredi, soit compenser les producteurs laitiers lésés par les ententes commerciales signées dans le cadre d’accords internationaux, rencontrer les organismes responsables du logement social et accompagner les groupes en environnement.

À LIRE AUSSI: Andréanne Larouche: l’appel du terrain



« Il n’y a rien pour la ville-centre qu’est Granby. Mais je ne prends pas ça au mot », laisse-t-il tomber.

Cela dit, Pascal Bonin affirme être « très ouvert » à travailler avec Andréanne Larouche. « En politique, la confiance, c’est super important. Elle était là entre Pierre et moi. Elle sera à bâtir avec Mme Larouche. Mais j’ai confiance », dit-il.