Le futur poste de la Sûreté du Québec remplacera celui qu’occupent les policiers depuis les années 80, un peu plus loin sur la route 202. L’endroit est vétuste et l’eau est non potable depuis de nombreuses années.

Pas d’égout pour le futur poste de la SQ à Dunham

Le futur poste de la Sûreté du Québec à Dunham ne sera pas desservi par le réseau d’égout de la Ville de Cowansville. La municipalité de Dunham installera plutôt un système Ecoflo, ce qui lui permettra d’économiser près d’un million de dollars, soutient le maire Pierre Janecek.

Il s’agit d’un changement de cap important dans ce dossier. Le terrain qui accueillera le futur poste de la SQ devait être desservi par des services d’aqueduc et d’égout, selon les exigences de la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui construira le bâtiment. Le plan initial était de prolonger les deux réseaux de la Ville de Cowansville jusqu’au terrain acheté par Dunham près de la rue Fitchett sur la route 202. La municipalité allait assumer tous les coûts de ces prolongements. Ils étaient estimés en 2015 entre 800 000 $ et un million de dollars.

La Ville de Dunham a été contrainte de reconsidérer ses plans en début d’année alors que les estimations des travaux de prolongement ont doublé. Les élus municipaux ont décidé que seul le service d’aqueduc serait prolongé jusqu’au terrain choisi. La SIQ a accepté cette proposition, confirme Martin Roy, porte-parole de l’organisme qui gère le parc immobilier du gouvernement du Québec.

Les soumissions reçues en mars pour prolonger le réseau d’aqueduc de la Ville de Cowansville ont confirmé que les estimations initiales pour les deux services ne correspondaient pas à la réalité. La plus basse soumission, celle d’Excavation St-Pierre et Tremblay, s’élevait à 830 150 $. « On peut penser que le prolongement du réseau d’égout aurait coûté au moins un million de dollars », indique M. Janecek. « On va installer un système autonome pour traiter les eaux usées. Un Ecoflo. C’est pas mal moins cher et ça va faire le travail », assure-t-il.

C’est un nouveau chapitre dans cette longue saga pour remplacer le bâtiment vétuste qui sert de poste aux policiers de la SQ un peu plus loin sur la route 202. Elle a débuté en 2002 lorsque les maires de la MRC Brome-Missisquoi ont débattu longuement, et parfois sur un ton houleux, pour déterminer quelle municipalité allait accueillir le futur poste.

Le maire de Cowansville de l’époque, Arthur Fauteux, avait alors insisté pour que la ville-centre, en l’occurrence la sienne, soit désignée. Les élus avaient finalement convenu d’un rayon de six kilomètres de l’intersection des routes 139-202 où le nouveau détachement allait être construit. Les autorités gouvernementales ont longtemps tergiversé avant d’accepter l’emplacement proposé par Dunham. Le député et ministre Pierre Paradis avait aussi pesé de tout son poids pour que le bâtiment soit construit à Dunham et non à Cowansville.

Vieux poste

Les dirigeants de la SIQ ont toutefois exigé que le futur détachement de la police provinciale soit branché à des réseaux municipaux d’aqueduc et d’égout. Ils ne souhaitaient pas vivre avec les mêmes problèmes du vieux poste où l’eau puisée dans un puits n’est pas potable depuis plusieurs années.

C’est cette exigence qui a amené le conseil de Dunham de l’époque à acheter le terrain de huit hectares à l’intersection de la route 202 et de la rue Fitchett. Il se trouve à 570 mètres des réseaux d’aqueduc et d’égout de la Ville de Cowansville. Dunham a procédé à l’acquisition du terrain au coût de 232 000 $.

Une fois les travaux de prolongement de l’aqueduc terminés et la nouvelle rue aménagée, la municipalité vendra le terrain à la SIQ au prix de 750 000 $. Les six autres terrains disponibles seront vendus. Le zonage permet des activités commerciales et industrielles légères.

Arthur Fauteux n’est pas étonné que le projet exclue maintenant le prolongement du réseau d’égout. « On aurait pu avoir un projet simple, mais ils aiment ça compliquer les affaires », affirme-t-il, une critique à peine voilée à l’endroit de la SIQ qui a avalisé le choix de Dunham où ériger le futur poste de la SQ dans la région.

L’ancien maire reconnaît qu’il prêchait pour sa paroisse en suggérant que le poste soit construit à Cowansville. Mais tous les avantages recherchés par la SQ étaient réunis : accès rapides aux axes routiers les plus importants, soit les routes 139, 104 et 202, visibilité du bâtiment et raccordement aux services d’aqueduc et d’égout.

M. Fauteux n’a pas encore digéré les pressions exercées par l’ancien député Paradis dans ce dossier. Ses interventions ont eu pour effet de retarder indûment la construction du poste.

« Pierre Paradis nous a bien eus là-dedans. On s’est vraiment fait niaiser. Ça fait 18 ans qu’on attend le nouveau poste. On ne l’a pas encore. Tout ce temps perdu », se désole-t-il.

Les policiers affectés au détachement de la MRC Brome-Missisquoi travaillent dans des lieux vétustes. « Des endroits en Afrique ont des postes de police mieux équipés que ça », image l’ancien préfet pour appuyer ses propos.

L’homme d’affaires Guy St-Louis et l’ancien candidat à la mairie de Cowansville Réjean Lehoux ont également manifesté leur opposition au choix de Dunham afin de bâtir un poste pour la SQ. Les deux affirmaient qu’un tel bâtiment public devait se trouver dans une ville où les services d’aqueduc et d’égout étaient existants. Les citoyens de Cowansville n’avaient pas à subventionner indirectement par leurs impôts fonciers la municipalité voisine, disaient-ils en substance.

Travaux et Ecoflo

Le conseil de Dunham a également octroyé la semaine dernière le contrat pour aménager la rue de la Sûreté. Le mandat a aussi été accordé à Excavation St-Pierre et Tremblay en vertu de sa soumission de 177 830 $, la plus basse des huit reçues. Un montant de 30 000 $ sera par ailleurs injecté par la Ville pour installer le système de traitement des eaux usées Ecoflo. Les travaux débuteront dès que la municipalité aura obtenu son certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement.

Le maire Janecek est confiant que les travaux seront exécutés d’ici la mi-août.

La SIQ lancera l’appel d’offres pour les plans et devis du futur bâtiment une fois les travaux réalisés, a dit M. Roy. Les travaux de construction pourraient débuter quelques mois plus tard. Il prévoit que la construction du poste prendra une année.

Des exigences incontournables

La Ville de Cowansville assure collaborer à la réussite du projet de construction d’un nouveau bâtiment pour la Sûreté du Québec. Ses citoyens n’ont toutefois pas à en assumer les coûts, estime Claude Lalonde, directeur général de la municipalité.

Une entente entre les deux municipalités, entérinée en février 2012, dressait les paramètres de l’aide que Cowansville pouvait apporter à Dunham pour que la construction se réalise. Parmi ceux-ci : le paiement par Dunham de tous les coûts associés au prolongement des réseaux d’aqueduc et d’égout vers le terrain de la rue Fitchett où sera érigé le poste de la SQ. Les besoins futurs de la Ville doivent également être considérés, mentionne l’entente. La dimension des conduits d’aqueduc et d’égout doit être de 250 millimètres, soit assez grande pour ajouter de futurs usagers aux réseaux.

L’entente prévoit aussi que Dunham paie les coûts de surdimensionnement des tuyaux, mais aussi ceux des entrées pour brancher les quatre maisons existantes sur la route 202.

Un projet immobilier de 300 portes pourrait voir le jour dans quelques années aux limites ouest de la Ville de Cowansville, près de la route 202, a indiqué M. Lalonde. Lors des travaux pour prolonger le réseau d’aqueduc, la tranchée sera creusée sur une plus grande largeur. Elle sera remplie de sable dans l’éventualité où la Ville de Cowansville prolonge son réseau d’égout pour desservir ce secteur. « On ne peut pas se permettre de passer un tuyau et ne pas penser à ce qu’on va faire dans le futur », explique-t-il.

La Ville de Dunham paiera pour les coûts supplémentaires engendrés par les travaux d’excavation plus importants pour creuser la tranchée et le déversement de sable.