Mathieu Valade Williams reste détenu pour la suite des procédures judiciaires.

Pas de liberté pour un meurtrier allégué

L’un des trois hommes accusés d’avoir mis fin aux jours du Granbyen Jacques Choquette, un crime survenu en 2016, a échoué dans sa tentative d’être libéré en attendant son procès.

Mathieu Valade Williams, 29 ans, s’est rendu jusqu’en Cour d’appel afin de demander sa liberté provisoire. Tout comme ses coaccusés Stéphane Blanchard et Daniel Giroux, il a été arrêté il y a un an et accusé de meurtre, de complot pour meurtre et d’infractions liées au cannabis. Il fait aussi face à une accusation supplémentaire de complicité après le crime.

Par le biais de ses avocats, M. Valade Williams a soutenu que le juge de première instance avait erré en concluant qu’il était nécessaire qu’il soit détenu préventivement afin de préserver la confiance du public envers le système de justice.

Fiabilité

L’accusé est présumé innocent, ont rappelé Me Martin Latour et Me Marylie Côté, et le juge aurait « ignoré les arguments que la défense pourrait soulever » en ce qui a trait à la fiabilité des accusations et n’aurait « retenu que la preuve de la poursuite ».

Mais la Cour d’appel ne partage pas ces arguments. « Le requérant ne démontre pas que sa détention sous garde n’est pas justifiée pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice », indiquent les juges François Pelletier, Manon Savard et Stéphane Sansfaçon dans leur décision du 18 octobre.

La possibilité de condamnation de M. Valade Williams est « réelle », ajoute la Cour d’appel, et au surplus l’accusé « n’a pas démontré l’erreur du juge lorsque ce dernier estime qu’il se verra imposer une peine sévère (NB : en cas de condamnation) en raison des circonstances de l’affaire ».

Retour en cour

Ces circonstances sont présentement frappées d’une ordonnance de non-publication.

Tous les accusés restent donc détenus pour la suite des procédures judiciaires. Leurs dossiers reviennent devant la cour en décembre pour, possiblement, fixer une date de procès.

Les ossements de Jacques Choquette, un entrepreneur en construction et père de deux enfants, ont été découverts en mai dernier à Stukely-Sud. Selon l’acte d’accusation, le meurtre aurait été commis à Eastman tandis que la voiture incendiée de la victime a été retrouvée à Saint-Valérien-de-Milton.