Granby ne souhaite pas modifier ses règlements pour permettre le stationnement de nuit l’hiver, sauf en période de déneigement.

Pas de changement sur le stationnement de nuit à Granby

Trois-Rivières, Saint-Jean-sur-Richelieu et d’autres villes l’ont déjà fait. Bromont a aussi décidé d’aller de l’avant. Mais pas question pour Granby de modifier son règlement sur le stationnement de nuit l’hiver, affirme le maire, Pascal Bonin.

« Cet hiver, la priorité est la réalisation du projet pilote sur le déneigement. Les équipements ont été modifiés sur des 10 roues. On a de nouvelles lames et de nouvelles façons de faire. C’est un projet dans lequel on a investi 300 000 $ », relève le maire. 

Bromont a pour sa part annoncé cette semaine qu’elle utilisera entre autres l’application B-CITI pour permettre aux citoyens de savoir s’ils peuvent garer leur voiture dans la rue sans craindre de recevoir une contravention. 

Alors que Granby suit la voie des Villes intelligentes, pourrait-elle aussi opter pour une mesure du genre ? Un candidat conseiller municipal, Bruno Junior St-Amand, a lancé l’idée, en campagne électorale, de revoir les règles en matière de stationnement de nuit. 

S’il existe différentes façons de faire les choses, Pascal Bonin dit cependant ne pas être convaincu de « l’efficacité et de la rentabilité » de l’option retenue par Bromont. « Ça dit qu’ils envoient un avis huit heures à l’avance. Méchant Nostradamus ! Nous déneigeons à partir de cinq centimètres. Donc, si la prévision est de quatre centimètres, il n’y aura pas d’avis. Mais s’il en tombe six ou dix centimètres, qu’est-ce qu’on fait ? Les gens ont l’air de penser que ça va aider, moi, je pense que ça va nuire », dit-il. 

Autres exemples

Le maire de Granby a ainsi l’impression qu’il arrivera des situations où l’avis ne pourra être envoyé à temps. « Il va y avoir des répercussions sur les tickets, le remorquage ou le ralentissement du déneigement », croit-il.

La ville de Trois-Rivières utilise pour sa part depuis quelques années un site Internet (www.stationnementdenuit.ca), par l’entremise duquel il est possible de s’inscrire pour recevoir un courriel ou un texto lorsqu’une interdiction de stationnement est en vigueur. À Saint-Jean-sur-Richelieu, ce sont plutôt une ligne téléphonique Info-déneigement et des outils d’information qui ont été mis en place. 

« Est-ce qu’on en a vraiment besoin, questionne toutefois le maire Bonin. On n’a pas le droit depuis toujours de stationner de nuit dans les rues l’hiver. Est-ce que ça a été une grande problématique ? La valse pour sortir les autos des cours n’est pas agréable, j’en suis conscient. Je pense aussi que les policiers ont un excellent jugement dans le temps de Noël et ne distribuent pas les contraventions à tout rompre ».

Autres priorités

Pascal Bonin affirme néanmoins qu’il suivra la mise en oeuvre de cette nouvelle réglementation à Bromont. « Regardons-les aller. Si le coût est vraiment faible et, surtout, s’il n’y a pas d’impact sur le déneigement, on pourra le regarder », dit-il. 

Après la mise en oeuvre du projet pilote de déneigement, les élus de Granby souhaitent se pencher sur les trottoirs, un peu à l’instar de la ville de Saint-Hyacinthe qui a adopté un plan directeur des trottoirs au début de l’automne. 

« On nous demande de nouveaux trottoirs ou d’en prolonger. Mais on a de la difficulté à avoir assez d’argent pour réparer ceux qu’on a déjà. Il faut voir dans une vision à long terme ce qu’on a l’intention de faire. Est-ce qu’on a l’intention de déneiger tous les trottoirs qu’on fait ou d’en diminuer ? Une chose est sûre, plus on nous demande de déneiger des trottoirs, plus il y a des coûts à ça », fait valoir Pascal Bonin. 

À l’heure actuelle, le moratoire décrété en 2016 sur le déneigement des trottoirs est maintenu, dit le maire. En vertu de ce moratoire, aucune nouvelle section de trottoirs n’est ajoutée à la liste, car la Ville a atteint sa limite opérationnelle.