Au Mexique depuis la fin mars, le conseiller municipal, Éric Duchesneau, est de retour à Granby. Pour la première fois depuis plus de quatre mois, il assistera, fin août, à la prochaine séance du conseil municipal en personne, plutôt que de façon virtuelle.
Au Mexique depuis la fin mars, le conseiller municipal, Éric Duchesneau, est de retour à Granby. Pour la première fois depuis plus de quatre mois, il assistera, fin août, à la prochaine séance du conseil municipal en personne, plutôt que de façon virtuelle.

Parti au Mexique durant la pandémie, Éric Duchesneau est de retour à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Au Mexique depuis la fin mars, le conseiller municipal, Éric Duchesneau, est de retour à Granby. Pour la première fois depuis plus de quatre mois, il assistera, fin août, à la prochaine séance du conseil municipal en personne, plutôt que de façon virtuelle.

Le représentant du district huit est revenu à Granby samedi. Il demeurera confiné chez lui pour les deux prochaines semaines, a-t-il confirmé lundi à La Voix de l’Est.

«Je compte être présent pour toutes les prochaines séances du conseil, en commençant par la (rencontre) préparatoire du 17 août et ensuite la séance publique du 24 août», a-t-il souligné.

Durant son absence, Éric Duchesneau a continué à assister aux séances du conseil municipal, mais à distance, par visioconférence, tel que permis par la loi.

L’élu s’est envolé pour Acapulco le 25 mars, soit au début de la pandémie, alors qu’un avertissement incitant les voyageurs à éviter les déplacements non essentiels à l’extérieur du Canada était en vigueur.

Éric Duchesneau a fait valoir, pour expliquer son départ inopiné, qu’en période d’angoisse, tous, y compris lui, peuvent être susceptibles de faire preuve «d’exagération» et de poser des gestes qu’ils ne considéreraient pas normalement.

Sa décision a toutefois été dénoncée par la majorité de ses homologues à la table du conseil, ainsi que par un nombre élevé de citoyens.

Lundi, il a dit être conscient que «plusieurs de ses collègues seront sûrement réticents de collaborer» avec lui, maintenant qu’il sera de retour à l’hôtel de ville. «Mais c’était déjà un peu comme cela, même avant la pandémie. Je vais tenter de créer des ponts, tout en me respectant», dit-il.

Salutaire

À Acapulco, le conseiller municipal ne s’est pas rendu dans un complexe hôtelier en bordure de plage. Il a notamment logé dans un petit appartement. Il affirme ne pas être «un touriste comme les autres».

Son attachement avec le Mexique remonte à plusieurs années. L’élu considère l’endroit comme sa deuxième maison. Il a déjà souligné y avoir des amis et parler couramment l’espagnol. Son ex-conjointe, qui habite à Granby et avec qui il a eu deux enfants, est d’origine mexicaine.

Cela dit, Éric Duchesneau affirme que ce séjour à l’étranger a été «salutaire» pour lui et qu’il a retrouvé la forme.

Si le conseiller municipal n’a pas encore décidé de façon officielle s’il briguera un troisième mandat lors des prochaines élections municipales, en novembre 2021, il dit toutefois se réjouir de la candidature de son oncle et ex-maire, Michel Duchesneau. Celui-ci a annoncé à la mi-juillet son désir de se faire élire à nouveau à la mairie.

«Ça m’a donné le goût de continuer pour avoir la chance de travailler à ses côtés», dit Éric Duchesneau.